Les sauveteurs et la mer : une relation en déclin ?

Par Clément SOREL (mai 2020)

Membre de la SNSM face à la mer (dessin par Clément Sorel, avril 2020)

Être marin face à la mer

Pour l’océanographe, la mer est une vaste étendue d’eau salée contenant de multiples écosystèmes. Pour le marin, la mer est un espace de transit et de travail. Lors de longues sorties en mer, c’est aussi un espace de vie, et un espace avec lequel on vit[1]. Si bien que la mer devient une entité, qui parfois permet le travail, et parfois provoque la mort. Aussi, face à la mer, les marins adoptent des représentations et des attitudes particulières. Une introduction à cette vision de la mer peut s’effectuer à travers des chants traditionnels normands : « Mais quaund o se fâche, la vilanne »[2], ou « Qué la mé guett’ qué la mé happe, / Sauns brin prév’nin, coume en s’en riaunt… »[3]. Là, la mer est personnifiée, elle est une prédatrice mesquine, parfois repue mais toujours prête à mettre en danger les humains qui y naviguent. Perçue comme la nature sauvage, elle est considérée indomptable et imprévisible. Un enquêté, membre du poste de Ouistreham, dit à ce propos : « tu peux faire tout ce que tu veux, la mer si elle a envie de te baiser, elle te baisera » (l.479). Aussi la mer, même pour les marins expérimentés, ne laisse connaître aucune habitude, elle reste un danger de tout instant. Sa volonté échappe à tout entendement. Elle fait figure d’un tout indépassable imposant sa volonté aux humains. Ainsi, anthropologiquement, la mer est ce qui ne pourra jamais être cultivé, contrairement à la terre. Les marins s’équipent d’ailleurs de figures marines pour affronter la mer, comme en attestent des éléments de la vedette de Ouistreham. Assez évidemment, cet imaginaire de la mer se retrouve chez les sauveteurs en mer, dont la spécificité est, au demeurant, de tenter de pallier cette domination marine quasi-divine.

Les sauveteurs en mer, s’ils ont pour mission de sauver corps et biens, se doivent aussi de faire avec la mer afin de parvenir à leurs fins. En quelque sorte, sauveteurs en mer et mer sont deux camps opposés, les uns tentant de ramener les égarés sur terre, l’autre tentant de les engloutir. Mais, si on pourrait penser qu’il s’agit là d’une confrontation, il est apparu après entretiens qu’il s’agit plutôt d’une composition. En effet, la mer reste surpuissante : tout affrontement est puéril. Le patron de la station déclare ainsi : « la mer […], tu essayes de composer avec » (l.481). Cette idée est aussi présente chez un bénévole du Centre de Formation et d’Intervention, qui affirme : « [la mer] peut être très gentille le matin et l’après-midi elle peut être mauvaise » (l. 853). La mer est alors une entité avec laquelle les sauveteurs sont en relation. Ils la connaissent et lui savent des humeurs. Mais, puisqu’ils se doivent d’intervenir malgré tout intervenir, ils font preuve d’une certaine humilité envers la mer, au-delà des techniques de sécurité, comme s’il s’agissait de respecter un être supérieur afin d’agir sans provoquer son courroux. Toute ceci peut être compris au travers du concept de « résonance » de Rosa[4]. C’est-à-dire que les sauveteurs entament une relation particulière au monde, le touche et en sont touchés en retour. Ici, bien que la mer puisse être indépassable et que l’on puisse parler de « résonance verticale », l’action spécifique des sauveteurs et leur composition avec la mer permet d’envisager une forme de « résonance diagonale », à savoir un travail sur la mer brisant la transcendance de cette entité.

Un portrait de la vierge directement installé sur le récepteur ASN (Appel Sélectif Numérique), dans la cabine du canot-tout-temps Sainte Anne des Flots (Photo C. Sorel, février 2020)

La fin d’un imaginaire marin à la SNSM ?

Ce rapport à la mer que nous avons étudié fait partie de l’apprentissage nécessaire pour intégrer la SNSM. Non pas qu’il faille se la présenter exactement comme une entité prédatrice, mais il faut tout du moins reconnaître l’incapacité à maîtriser la mer, si on veut être sauveteurs en mer ou sur les plages. Une jeune formatrice, Justine, dit ainsi : « en fait, faut pas se croire surpuissant face à la mer » (l.462). Aussi bien chez les plus âgés que chez les jeunes, nous avons relevé ce rapport à la mer. Cependant, il n’est pas tout-à-fait homogène. Nicolas, étudiant qui a officié sur les plages, dit plutôt : « [la SNSM] m’a permis de, comment, de l’apprivoiser un petit peu » (l. 466), signifiant là qu’il considère la mer comme quelque chose qui reste relativement domptable. Justine précise que, pour certains, ne pas se représenter la mer comme entité dangereuse n’est toutefois pas sans conséquences : « tu t’en prends souvent une pendant la formation, enfin une par la mer, tu redescends vite sur terre » (l.473). Cette hétérogénéité des représentations et des rapports à la mer existe pour deux raisons. D’abord, l’expérience de la mer. Toutes les personnes interrogées ne sont pas des sauveteurs en mer embarqués. Certaines n’ont jamais mis pied dans la vedette ni n’ont officié plus loin que la bande réglementaire des 300 mètres. Ensuite, la culture marine fait partie d’un habitus marin, c’est-à-dire un répertoire de représentations et de pratiques construites et situées socialement. Aussi, pleinement considérer la mer comme une entité autonome est affaire de socialisation, c’est-à-dire de la construction d’un habitus marin, et donc d’héritage culturel. Cet habitus connaît alors les déterminations sociales classiques, notamment par le métier des parents et la culture marine que les sauveteurs eux-mêmes développée par leurs expériences. Or, comme la SNSM n’a pas de recrutement exclusif quant à la proximité géographique et culturelle avec la mer ou les marins, des personnes étrangères à cette culture peuvent l’intégrer. Se pose alors, pour les plus vieux et de leurs propres aveux, la question de la transmission de cette représentation très particulière de la mer.

La socialisation à la mer est bien présente lors de la formation nécessaire pour intégrer la SNSM. Cependant, il n’y a là qu’une initiation technique. Car pour palier à la méconnaissance de la mer, la SNSM ne propose comme formation théorique qu’une approche par les sciences naturelles : « on voit quand même un petit peu qu’est-ce que c’est qu’une marée, qu’est-ce que c’est que ce genre de chose le vent les vagues » dit Justine (l.416). Il n’y a ni apprentissage culturel ni rite qui permettent d’intégrer la figure de la mer comme entité fluctuante avec qui il faut composer. Il n’y a pas non plus d’initiation à un univers maritime (chants, ou récits). L’apprentissage des sauveteurs en mer perd en imaginaire traditionnel pour privilégier une approche « naturaliste »[5] et techno-scientifique de la mer. D’ailleurs, la pièce principale du CFI est dépourvue de tout décor de la culture maritime : il ne contient que des éléments techniques d’apprentissage. À l’inverse, la vedette d’intervention en mer est plus décorée, notamment par des figures religieuses et des rappels aux différentes marines. De plus, la SNSM est séparée en deux groupes distincts. D’un côté les secouristes de l’été, en renouvellement constant, et de l’autre les embarqués à l’année. Ce n’est que dans ce dernier groupe, minoritaire numériquement mais plus proche de la mer socialement, que la relation à la mer reste importante, que la « résonance » se maintient.

Sur la stèle du monument aux péris en mer, face au quai où stationne elle canot-tous-temps. (Photo T.Tribehou Naidu, mars 2020)

Notes

[1] Amand, Rudy. Socio-anthropologie des marins-pêcheurs, Paris : L’Harmattan, 2011.

[2] « Mais quand elle se fâche, la vilaine », Su la mé [Sur la mer].

[3] « Que la mer guette, que la mer happe, / Sans même prévenir, comme en s’en amusant », Men frère [Mon frère].

[4] Rosa, Hartmut. Résonance. Une sociologie de la relation au monde, Paris : La Découverte, 2018.

[5] Descola, Philippe. Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.