Observation ethnographique à Ouistreham : quand la découverte du terrain est synonyme d’observation réflexive

par Esther LAYET — mai 2020

« Gendarmes partout, bénévoles nulle part » (Photo : Nicolas Deprez © 2020)

Nous sommes arrivés à Ouistreham un matin de février où le vent soufflait particulièrement fort. En traversant la commune presque déserte en voiture, nous avons d’abord aperçu un groupe d’une quinzaine de migrants sur un rond-point aux abords de la ville. Puis ce sont quelques gendarmes qui ont attiré notre regard à notre arrivée sur le parking de la place portuaire. La pluie se faisant plus insistante, nous avons retrouvé nos camarades sous la halle du marché aux poissons où quelques personnes faisaient leurs courses. Le plus souvent des personnes âgées, elles jetaient un œil curieux à ce groupe d’une cinquantaine de personnes réunies au bout de l’allée couverte. Nous avons vite compris que nous n’allions pas passer inaperçus.

Nous avons pris nos marques sur le terrain dans cette première impression à deux facettes. D’une part, la commune semblait déserte. Les conditions météorologiques ou le cadre spatio-temporel (un matin d’hiver en semaine dans une petite commune à l’activité saisonnière) y étaient peut-être pour quelque chose. Mais d’autre part, nous étions l’élément invalidant cette première impression ; notre présence venait combler la vacuité des lieux. En nous promenant pour nous familiariser avec le terrain, nous avons ressenti cette impression d’être « à découvert ». Nous étions, dès les premiers instants, des observateurs observés sans foule ni animation pour se fondre dans le décor. Mettre les pieds sur le terrain ne voulait pas seulement dire se l’approprier, c’était surtout y prendre corps, s’y incorporer comme partie prenante de l’objet d’analyse.

Il a donc fallu nous familiariser avec des lieux qui nous étaient étrangers pour ensuite questionner les éléments qui allaient de soi. Nous n’avions pourtant pas choisi un groupe évident à étudier. Il ne s’agissait ni des personnes âgées, ni des pêcheurs, mais d’une autre population tout aussi caractéristique de Ouistreham : les migrants établis sur la commune littorale dans le but de rejoindre l’Angleterre. Ce phénomène des migrations n’y est pas nouveau comme l’on fait remarquer nombre d’habitants au cours de nos discussions. Celui qui concerne les soudanais a commencé à l’été 2017. Devenu ordinaire aux yeux des résidents, c’était pour nous totalement nouveau et inhabituel. Nous n’avons donc pu cacher notre étonnement en voyant ces jeunes hommes tenter de s’accrocher aux  camions en direction du Ferry. Nous étions moins dans la position d’investigateurs que de spectateurs. Nos regards curieux posés sur eux et nos tentatives de communication maladroites déterminaient le cadre de notre observation et les données recueillies.

Au fur et à mesure de la journée, les lieux se sont faits plus animés. Nous avons croisé des habitants sur le parvis de l’Eglise, à la Mairie, au PMU ou encore au Centre socioculturel. Mais en déambulant sur le terrain, empruntant parfois un itinéraire répété dans un sens et dans l’autre, nos perceptions se sont focalisées sur certains éléments qui se faisaient, eux aussi, répétitifs. Les quatre gendarmes aperçus le matin sur le parking se sont démultipliés en une vingtaine de voitures de la gendarmerie circulant sur la commune du midi jusqu’à notre départ en fin d’après-midi. Cette présence accrue de la gendarmerie n’était pas hasardeuse : nos perceptions étaient régies par notre questionnement théorique. Etudiant la question des migrations, le passage clandestin sur le Brittany Ferry et la solidarité apportée par les habitants, notre attention portait donc à la fois sur les forces de l’ordre, les jeunes soudanais et les bénévoles. Les aides mises en place par ces derniers n’étant pas d’actualité durant notre première journée d’enquête, notre attention s’est donc rétractée sur les flux des gendarmes et ceux des migrants. Nous étions de fait moins sensibles aux passants, aux commerces, aux transports en commun. Et c’est précisément cette indisposition qui faisait que nous voyions des voitures de la gendarmerie partout.

Cette omniprésence des gendarmes et absence des bénévoles ne s’est pourtant pas vérifiée à l’identique durant notre deuxième journée d’enquête, un mois plus tard. Même jour et mêmes horaires à peu de choses près, nous avons retrouvé le flux incessant des forces de l’ordre sur la commune. Cette fois, nous sommes restés plus tardivement afin d’assister à la distribution alimentaire d’une association caritative en fin de journée. Et notre présence a considérablement modifié le cadre de l’événement.

Nous étions deux groupes d’étudiants et une professeure soit une dizaine de personnes à se rendre sur un parking isolé du centre-ville où se tenait le camion de l’association. A peine arrivés, une femme est venue nous avertir frontalement que notre présence n’était pas vraiment la bienvenue, nous renvoyant ainsi l’impression de « voyeurs » que nous dégagions. Puis une vingtaine d’hommes ont circulé aléatoirement sur les lieux pour récupérer vivres et vêtements. Parfois furtivement, d’autres fois en prenant le temps de discuter entre eux ou avec les bénévoles. Certains se sont adressés à nous pour nous demander une cigarette ou notre identité. Notre présence venait donc modifier leur comportement sans que nous puissions identifier ni la nature ni la mesure du changement. Nous ne pouvions dire si le caractère discret et furtif, ou au contraire plus long et décontracté de leur passage, était dû à notre présence. De même que nous ne savions pas si leurs agissements restaient imperméables à notre présence.

L’enquête empirique étant par ailleurs éprouvée depuis un prisme subjectif, traversée par des aprioris et des émotions propres, il apparait impossible à l’enquêteur d’analyser la mesure de son impact sur le terrain puisqu’il ne dispose pas de cadre référentiel dépourvu de sa présence. Stéphane Beaud et Florence Weber (1998) écrivent qu’il ne peut y avoir de neutralité axiologique in situ : c’est un principe d’analyse et non d’observation. Ainsi nous ne pouvions que noter mentalement les faits observés et les propos entendus à travers le prisme de perceptions respectives afin de les utiliser comme matière objectivable une fois le terrain quitté.

Durant notre enquête à Ouistreham, nous avons donc expérimenté l’implication intrinsèque de l’enquêteur sur « son » terrain. Pour se représenter la chose, nous pourrions inverser le déterminant possessif systématiquement accolé au terrain : c’est le chercheur qui tend à appartenir au terrain et non l’inverse. Il s’y intègre comme objet d’analyse. Ses observations vont nécessairement dépendre de son influence auprès des enquêtés, de ses conditions d’entrée sur le terrain, de la position qu’il y occupe ainsi que de son questionnement théorique. L’observation ethnographique nous a tout d’abord appris à prendre en compte l’influence de notre présence sur le terrain et à développer une approche réflexive sur l’attitude, les gestes et le discours adoptés. Elle nous a fait comprendre que la recherche empirique est perçue depuis une réalité propre, façonnée par des perceptions subjectives. C’est une pratique située qui ne peut être impartiale. Et c’est bien l’analyse, que nous avons tenté de mener ici, qui se doit d’être la plus neutre possible, bien que toujours conditionnée par la position sociale du chercheur ou de la chercheuse.

Bibliographie

  • BEAUD, Stéphane & WEBER, Florence. Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques. La Découverte, Paris, 1998.