Enquête ethnologique et crise sanitaire : mise en lumière des faiblesse liées à l’accès au terrain (extraits)

Par Angèle GARIBAL (groupe « Vieillissement ») – mai 2020


Ouistreham avant le confinement : une vie de marché pourtant essentielle aux personnes âgées qui sont nombreuses à s’y rendre. Cela pose une autre question bien qu’extérieure à notre sujet, soit le devenir de ces commerçants. Crédits : Angèle Garibal

« Notre sujet était le vieillissement dans cette commune et nous avons décidé de l’étudier en partant du point de vue des acteurs politiques, le contexte des élections municipales nous aidant à aller dans ce sens. Lors de la seconde journée de terrain, nous avons acquis bon nombre de contacts à la mairie, au conseil municipal et dans les différentes instances mis au service de la communauté des seniors de Ouistreham. Le confinement décidé par le gouvernement nous a donc pris de court. Ainsi nous allons revenir sur les différents éléments de notre recherche afin d’en faire une auto-critique sur les questions d’accès au terrain, ainsi que de répondre à des hypothèses expliquant le manque de réponse. »

« (…) La première journée d’observation a été essentielle pour cerner notre sujet. Nous avons commencé par faire le tour des différentes structures à direction des personnes âgés, afin de comprendre comment cette population était intégrée à la vie de la commune afin de ne pas en faire un « poids » qui pèse sur les plus jeunes, rendre cette population dynamique et actrice de sa place.

La seconde journée nous a permis de prendre de réels contacts et de discuter plus en profondeur notamment avec les acteur politiques de la ville qu’ils soient de ceux siégeant à la Mairie ou de ceux en ayant l’ambition. Nous nous sommes retrouvés confrontés à des difficultés que l’on pourrait qualifier d’administratives notamment du fait de renvoi de bureau en bureau au sein de la municipalité, les interlocuteurs se renvoyant la balle. »

«(…) Indépendamment du contexte de « crise sanitaire » qui a freiné nos recherches, nous avons pu rencontrer certaines faiblesses sur le terrain. Notamment un manque de connaissances qui fût à double tranchant : cela nous a permis durant la première journée d’observation de nous diriger vers différentes instances de manière large et sans frein, mais ce manque de limite de sujet nous a fait perdre du temps, puisque nous aurions pu d’ors et déjà cadrer et limiter notre sujet pour une prise de contact plus rapide qui nous auraient peut-être permis d’aller jusqu’au bout de l’enquête ».

« (…) Nous pouvons regretter le peu de journées passées sur le terrain car dans les méthodes d’ethnographie il ressort que le travail de terrain doit se faire sur un temps d’une certaine durée. On pourrait donc considérer nos deux journées passées sur la commune comme des journées introductives à ce terrain. »

« (…) On peut faire l’hypothèse que certains de nos présupposés nous ont mené à nous interroger trop sur les politiques sans prendre en compte la parole de la population étudiée. »

« (…) Le covid-19 et le confinement auquel cette épidémie a mené est un phénomène inédit, jamais même en temps de guerre cette décision n’avait été prise. Ainsi, elle questionne l’accès au terrain pour les scientifiques. L’observation est de fait impossible et les entretiens avec présence physique proscrits. Il reste tout de même des moyens pour permettre la continuité de la recherche : vidéo-conférence, questionnaire envoyé et réponses par mail. Tout cela est possible mais la plus grande complexité au vu de notre sujet d’étude était ailleurs. Ayant décidé de nous intéresser principalement aux politiques de la commune de Ouistreham autour de la question du vieillissement, nos entretiens se dirigeaient principalement vers des membres d’institutions telles que la mairie. Mais le personnel enquêté a dû faire face à nombre d’autres requêtes et a donc dû revoir ses priorités. Les personnes âgées étant considérées comme une population fragile et, on le voit d’autant plus au vu des recommandations qu’à fait le gouvernement de prolongation du confinement pour cette population, il est de la responsabilité pour une commune d’assurer d’autant plus les services déjà adaptés à ces individus. D’autant plus pour ceux et celles qui sont isolés, ayant des difficultés d’accès à leurs familles ».

Bibliographie

  • Cléret Baptiste (2013), « L’ethnographie comme démarche compréhensive : immersion dans les dynamique consommatoires du rap en France », Recherches qualitatives, vol. 32, n°2, p.50-77.
  • Diop Sall, Fatou (2018) « La méthode ethnographique » dans Chevalier F., Cloutier L. M., Mitev N. (sous la dir. de), Les méthodes de recherche du DBA, Caen, EMS Editions, p. 140-157.