L’entretien ethnographique téléphonique

Une alternative méthodologique délicate quand on ne peut plus avoir accès à son terrain

par Anthony Hamel (Mai 2020)

Reconstitution d’un entretien ethnographique en période de confinement (Photo Hamel Anthony, 24/04/20)

16 mars 2020. Le confinement est déclaré pour lutter contre le coronavirus. Nous ne pouvons dès lors plus retourner sur notre terrain de Ouistreham. Pour réaliser nos deux derniers entretiens, l’usage des communications à distance s’est imposé et en particulier, le téléphone.

En sociologie, l’entretien téléphonique est surtout utilisé dans des enquêtes quantitatives. C’est pourquoi dans La méthode en sociologie, J-C Combessie ne parle de ce mode de passation que pour répondre à des questionnaires et non pour des enquêtes semi ou non-directives[1].

Ce sont en fait surtout les psychologues qui utilisent cette technique à des visées préventives, afin d’accompagner anonymement des personnes qui souhaiteraient a minima un renseignement, au plus parler à quelqu’un de ses peines. D’après ces psychologues, l’utilisation du téléphone peut être plus rassurant pour se confier :

« Plus on est fragile psychiquement, moins on supporte le regard de l’interlocuteur. Il est alors moins intimidant de parler au téléphone, et certains adolescents entrent en communication plus facilement »[2].

Sans parler de fragilité psychique, on peut effectivement considérer que sans voir le visage de l’autre, la peur de se faire juger est moindre.

Si l’entretien sociologique est différent de ce genre d’appel, car c’est le chercheur qui en est à l’origine et qu’il n’a pas une visée thérapeutique, le sociologue comme le psychologue doit pouvoir se montrer compréhensif tandis que l’écouté doit pouvoir être à son aise pour se dévoiler. L’avantage du téléphone pour une aide psychologique doit donc l’être aussi pour le sociologue. L’usage du téléphone permettrait de créer un cadre proche de celui du confessionnal, quand le fidèle ne voit pas le visage du prêtre.

Mais l’entretien par téléphone pose une multitude de problèmes qu’il convient de résoudre pour se montrer efficace et il ne pourra jamais égaler la richesse des données recueillies par un entretien en face à face.

Des difficultés à surmonter

Le premier problème est d’ordre technique : la qualité du son. Lors de mon entretien, il n’était pas de bonne qualité et je peinais souvent à comprendre certains mots, des sons stridents intervenaient régulièrement et parfois, j’entendais ma propre voix en écho. J’étais au départ plus focalisé sur l’écoutabilité de l’enregistrement que sur l’entretien lui-même. Même si au début, j’ai demandé à mon interlocuteur de parler assez fort et distinctement, dès lors qu’il se mettait à parler plus librement et donc en faisant moins attention à son élocution, je n’osais plus l’interrompre. Sans parler du fait que l’appel téléphonique a coupé une fois, ce qui nous fait facilement perdre le fil de la conversation.

Puisque le seul lien qu’on a avec l’autre est oral, l’entretien téléphonique nécessite de toujours manifester sa présence. Le silence est alors un moment difficile, on prend le risque de laisser l’enquêté penser qu’on ne l’écoute plus, alors qu’on peut simplement être entrain de prendre des notes.

Cette peur du silence peut pousser l’enquêteur à se rattacher encore plus à sa grille d’entretien, rassurante, et à enchaîner les questions plus rapidement qu’à l’accoutumée. Déjà que l’enquêté peut croire qu’un entretien téléphonique est synonyme de réponses à un questionnaire, l’enchaînement de questions ne fera qu’amplifier les réponses courtes. Mais le fait que l’enquêté ne voit pas la grille d’entretien est au contraire une opportunité pour éviter cet effet aussi présent en face à face : j’aurais pu en effet mettre l’accent sur l’importance de la conversation, sans lui préciser que j’avais des questions devant les yeux. De plus, même si je lui ai précisé au départ que l’entretien durerait environ une heure, j’aurais pu, pour l’inciter à ne pas s’imaginer répondre à de brèves questions, lui demander s’il était confortablement installé et lui dire au départ de prendre son temps – cela m’aurait d’ailleurs éviter de me l’imaginer, je ne sais pourquoi, debout.

Les insuffisances de l’entretien téléphonique

Une conversation, ce n’est pas simplement des phrases échangées. Tout le corps y est sollicité :

« l’enquêteur, aux aguets, est comme à l’affût […] de la moindre information  »sociologique » — de type verbal, mais aussi non verbal, comme les nombreux silences, hésitations, soupirs, et diverses formes de mimique qui suppléent ou accompagnent les propos de l’enquêté… »[3]

Si les « silences, hésitations, soupirs » demeurent et qu’il est possible d’entendre un sourire, le sociologue est privé des mimiques, des postures et des attitudes de l’enquêté, qui sont autant d’éléments qui objectivent sa position sociale et qui accompagnent son discours.

Mais plus encore que de limiter les moyens de communication de l’enquêté, le téléphone handicape aussi le sociologue :

« L’intervieweur ne cesse donc pas d’être «actif» (et acteur), ne serait-ce que par son comportement non verbal de face à face : par des mimiques d’approbation, d’étonnement, de compassion, d’effarement. Bref l’enquêteur dispose d’une palette de moyens verbaux et non verbaux pour gérer la distance et la proximité avec l’enquêté. »[4]

Au téléphone, la palette se réduit énormément, les signes d’acquiescement étant seulement oraux. Pas de hochements de tête ou de regards approbateurs pour se sentir concerner. Toutes les émotions se jouent au timbre de la voix.

Enfin, un entretien ethnographique ne peut se limiter à une conversation. Il se fait toujours à un endroit, souvent le domicile ou lieu de travail de l’enquêté, donc un lieu qui fait du sens pour ce dernier :

« L’expérience de l’enquête prouve qu’un entretien approfondi ne prend sens véritablement que dans un «contexte», en fonction du lieu et du moment de l’entretien. La situation d’entretien est, à elle seule, une scène d’observation… »[5]

La particularité du téléphone est que l’on n’a pas accès au lieu où se trouve l’enquêté. On ne peut donc pas observer son environnement qui donne pourtant aussi de précieux renseignements sur la place sociale de l’individu et qui permet de le contextualiser au mieux. J’aurais pu tenter de combler ce trou en lui demandant où il se trouvait et s’il pouvait me décrire sa pièce, mais il s’agirait dès lors d’un discours, limité à ce qui lui paraît signifiant, ce qui ne remplace donc pas le regard du sociologue.

Finalement, l’entretien par téléphone s’avère perturbant plus pour l’enquêteur que pour l’enquêté. Mais même s’il m’a laissé après-coup un sentiment désagréable,  cet exercice en période de confinement fut tout de même un bon apprentissage sociologique : il m’a montré par l’absence ce qui est important de prendre en compte dans un entretien en face à face et ce qu’il faut faire lors d’un entretien téléphonique – et plus généralement dans tout entretien.


Notes

[1] Combessie, Jean-Claude, La méthode en sociologie, Paris, La Découverte, 2007, p.35.

[2] Comblez Samuel, « Psychologue sur une ligne d’écoute, une rencontre « décorporéisée » », in Le Journal des psychologues, n°267, 2009, p.41.

[3] Beaud, Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’« entretien ethnographique » », in Politix, n°35, vol. 9, 1996, p.245.

[4] Ibid, p. 244.

[5] Ibid, p. 236.