Enquête ethnologique et crise sanitaire : mise en lumière des faiblesse liées à l’accès au terrain (extraits)

Par Angèle GARIBAL (groupe « Vieillissement ») – mai 2020


Ouistreham avant le confinement : une vie de marché pourtant essentielle aux personnes âgées qui sont nombreuses à s’y rendre. Cela pose une autre question bien qu’extérieure à notre sujet, soit le devenir de ces commerçants. Crédits : Angèle Garibal

« Notre sujet était le vieillissement dans cette commune et nous avons décidé de l’étudier en partant du point de vue des acteurs politiques, le contexte des élections municipales nous aidant à aller dans ce sens. Lors de la seconde journée de terrain, nous avons acquis bon nombre de contacts à la mairie, au conseil municipal et dans les différentes instances mis au service de la communauté des seniors de Ouistreham. Le confinement décidé par le gouvernement nous a donc pris de court. Ainsi nous allons revenir sur les différents éléments de notre recherche afin d’en faire une auto-critique sur les questions d’accès au terrain, ainsi que de répondre à des hypothèses expliquant le manque de réponse. »

« (…) La première journée d’observation a été essentielle pour cerner notre sujet. Nous avons commencé par faire le tour des différentes structures à direction des personnes âgés, afin de comprendre comment cette population était intégrée à la vie de la commune afin de ne pas en faire un « poids » qui pèse sur les plus jeunes, rendre cette population dynamique et actrice de sa place.

La seconde journée nous a permis de prendre de réels contacts et de discuter plus en profondeur notamment avec les acteur politiques de la ville qu’ils soient de ceux siégeant à la Mairie ou de ceux en ayant l’ambition. Nous nous sommes retrouvés confrontés à des difficultés que l’on pourrait qualifier d’administratives notamment du fait de renvoi de bureau en bureau au sein de la municipalité, les interlocuteurs se renvoyant la balle. »

«(…) Indépendamment du contexte de « crise sanitaire » qui a freiné nos recherches, nous avons pu rencontrer certaines faiblesses sur le terrain. Notamment un manque de connaissances qui fût à double tranchant : cela nous a permis durant la première journée d’observation de nous diriger vers différentes instances de manière large et sans frein, mais ce manque de limite de sujet nous a fait perdre du temps, puisque nous aurions pu d’ors et déjà cadrer et limiter notre sujet pour une prise de contact plus rapide qui nous auraient peut-être permis d’aller jusqu’au bout de l’enquête ».

« (…) Nous pouvons regretter le peu de journées passées sur le terrain car dans les méthodes d’ethnographie il ressort que le travail de terrain doit se faire sur un temps d’une certaine durée. On pourrait donc considérer nos deux journées passées sur la commune comme des journées introductives à ce terrain. »

« (…) On peut faire l’hypothèse que certains de nos présupposés nous ont mené à nous interroger trop sur les politiques sans prendre en compte la parole de la population étudiée. »

« (…) Le covid-19 et le confinement auquel cette épidémie a mené est un phénomène inédit, jamais même en temps de guerre cette décision n’avait été prise. Ainsi, elle questionne l’accès au terrain pour les scientifiques. L’observation est de fait impossible et les entretiens avec présence physique proscrits. Il reste tout de même des moyens pour permettre la continuité de la recherche : vidéo-conférence, questionnaire envoyé et réponses par mail. Tout cela est possible mais la plus grande complexité au vu de notre sujet d’étude était ailleurs. Ayant décidé de nous intéresser principalement aux politiques de la commune de Ouistreham autour de la question du vieillissement, nos entretiens se dirigeaient principalement vers des membres d’institutions telles que la mairie. Mais le personnel enquêté a dû faire face à nombre d’autres requêtes et a donc dû revoir ses priorités. Les personnes âgées étant considérées comme une population fragile et, on le voit d’autant plus au vu des recommandations qu’à fait le gouvernement de prolongation du confinement pour cette population, il est de la responsabilité pour une commune d’assurer d’autant plus les services déjà adaptés à ces individus. D’autant plus pour ceux et celles qui sont isolés, ayant des difficultés d’accès à leurs familles ».

Bibliographie

  • Cléret Baptiste (2013), « L’ethnographie comme démarche compréhensive : immersion dans les dynamique consommatoires du rap en France », Recherches qualitatives, vol. 32, n°2, p.50-77.
  • Diop Sall, Fatou (2018) « La méthode ethnographique » dans Chevalier F., Cloutier L. M., Mitev N. (sous la dir. de), Les méthodes de recherche du DBA, Caen, EMS Editions, p. 140-157.

Joies et tracas d’une observation du net par le net ou ethnographie 2.0

Par Justine DUPENLOUP (mai 2020)

Avec le confinement, l’observation ethnographique en ligne vient de gagner de nombreux adeptes. L’enthousiasme retombe certes vite pour ceux qui connaissent la richesse de l’observation de terrain et la puissance des troubles cognitifs qu’il peut susciter. Mais tout n’est pas à jeter et la méthode se consolide progressivement. Parmi les étudiants volontairement inscrits en début d’année pour un enseignement à distance (donc indépendamment des questions sanitaires), certains ce sont saisis de cette méthode pour tenter de contribuer — toujours à distance — à notre enquête collective de terrain. Nous avons retenu le billet de Justine Dupenloup dont la tonalité littéraire met en abîme l’autodérision de l’anthropologue anglais Nigel Barley et la superficialité enjouée d’un “influenceur. (◊L’équipe enseignante)

Outre le fait de pouvoir se lover dans son pyjama moelleux, une tasse de chocolat à la main tout en poursuivant avec impétuosité son enquête, l’ethnographie en ligne présente quelques intérêts qu’il convient d’aborder ici. Même si l’argument du pyjama pilou-pilou paraît difficilement irrésistible il s’agira d’expliquer — dans une optique un tantinet plus sérieuse — pourquoi la cyber-ethnographie peut être judicieuse. Par ailleurs, nous serions tentés de n’en brosser qu’un portrait avantageux mais notre conscience scientifique — et notre solidarité estudiantine — nous ont convaincu d’aborder les aspects plus contrariants de la méthode, dans le cas où d’autres seraient tentés par l’expérience. Pour mesurer la valeur de l’ethnographie virtuelle nous nous arrêterons sur l’observation et la participation (notre entretien fut un fiasco qui mériterait un article à lui seul) avec l’exemple de notre propre enquête La question du vieillissement sur un réseau social dédié à l’image : Instagram

Piqûre de rappel : la méthode ethnographique classique en 270 mots

 Il convient d’abord de rappeler les grands principes de la méthode ethnographique classique afin de comprendre en quoi consiste l’ethnographie digitale. La définition avancée par Louis M. Smith met en lumière six traits caractéristiques qui sont «  le séjour prolongé dans la communauté étudiée permettant de recueillir des informations grâce à l’observation participante ; la focalisation sur les activités quotidiennes ; l’intérêt porté au sens que les acteurs attribuent à leur action ; la production de comptes-rendus donnant la priorité à la contextualisation et à la cohérence interne des phénomènes observés ; la tendance à concevoir le cadre interprétatif comme une construction progressive plutôt que comme la mise à l’épreuve d’un ensemble d’hypothèses définies à l’avance ; des modalités de présentation des interprétations mariant volontairement narration, description et conceptualisation théorique » (A. Van Zanten, 2013). Pour les plus néophytes d’entre nous, nous retiendrons de cette définition que l’ethnographie implique avant toute chose un voyage dans un autre milieu. L’ethnographe doit participer activement aux activités du terrain et incorporer sa présence à celle des individus qu’il observe – un peu comme mémé avec les œufs en neige quand elle prépare sa mousse au chocolat -. L’enquêteur doit alors se plier conjointement à l’analyse du terrain et au processus d’intégration. Rajoutons toutefois – dans le souci de ne pas paraître aussi superficiels que la couverture des magazines féminins- que l’objet de la méthode ethnographique est l’observation descriptive et analytique des mœurs et coutumes de populations sur un terrain déterminé. 

La cyber-ethnographie : un moyen de pallier à l’obsolescence de la méthode ethnographique classique ?

Si l’ethnographie s’est longtemps reposée sur une tradition méthodologique stable et solide qui exigeait que la présence de l’ethnographe soit tout aussi physique que le terrain sur lequel il mène son observation, désormais cela ne suffit plus. Internet est devenu une partie intégrante du quotidien des individus et aujourd’hui les acteurs circulent sous d’autres formes déclinées comme les smartphones, les ordinateurs et toutes autres nouvelles technologies permettant d’embarquer à destination du monde du web. Comme le dit si bien Franck Cochoy dans son article Le Petit Poucet digital ethnographié (2019), « les nouveaux voyages ne sont pas seulement visuels ».  

“[…]toutes autres technologies permettant d’embarquer pour le monde du web » : le train virtuel en partance pour Instagram. (Illustration Justine Dupenloup © 2020)

Aussi, puisque faire de l’ethnographie signifie coller au terrain et observer ce que les gens font, si les collectifs humains et les pratiques changent et que de nouveaux lieux sont investis l’ethnographe se doit d’adapter, de repositionner ses méthodes au risque de produire une analyse caduque ou de ne rien produire du tout.

Réellement – ou plutôt virtuellement- ça se passe comment ?

Le choix du terrain cybernétique se fait dans une réflexion similaire à celle du choix d’un terrain physique car dans les deux cas c’est lui qui donne toute sa dimension à l’analyse. Il doit être perspicace au regard du thème de l’étude et peut s’imposer comme une évidence, mais pas toujours. Par exemple pour notre étude portant sur le sujet du vieillissement sur les réseaux sociaux nous avons choisi d’investir le terrain d’Instagram. Bien que l’âge moyen de ses internautes soit compris entre 18 et 35 ans – donc à des décennies de la soixantaine- il est un réseau intéressant car l’image y est centrale et l’on sait que le rapport à celle-ci peut être conflictuelle à mesure que l’âge avance (C. Fantini-Hauwel, M. Gély-Nargeot, S.Raffard, 2014). Si l’on pousse davantage la réflexion, on s’aperçoit que l’image du vieillissement est non seulement intéressante dans l’observation des personnes vieillissantes mais aussi à travers les représentations collectives qui surplombent l’ensemble de la communauté virtuelle. 

Cela dit, on va se l’avouer franchement, avoir le luxe de choisir son terrain sous-entend de l’avoir déjà trouvé. Ce que nous avons retenu au regard de notre enquête c’est qu’il ne faut pas sous-estimer la taille du monde virtuel – rassurez-vous nous n’avons pas retenu que ça-. Il est vrai que le fait qu’il soit intangible le rend difficilement représentable et il est facile de s’y perdre – souvenez-vous de vos sorties de course d’orientation en classe de 6ème D – mais heureusement il existe des astuces pour se repérer. L’emploi de hashtags – mots-clés, dans un vocable moins pimpant- dans la barre de recherche peut faire office de boussole. Ensuite, à vous de trier avec pertinence le contenu que le serveur vous aura gentiment amené sur un plateau d’argent – remarquez la finesse du jeu de mot-. Pour notre part nous avons choisi d’observer le profil d’une internaute d’une septantaine d’année dont le profil était en accès public.

Une fois la découverte et le choix du terrain faits, il reste à l’ethnographe de s’y intégrer.  Soulignons d’abord que nous n’avons pas eu besoin de faire appel à un réseau de connaissances, d’experts, ou de professionnels des réseaux sociaux pour trouver et approcher notre terrain d’observation. Une demi-journée a suffi et nous avons rapidement pu nous en rapprocher et commencer notre intégration. Ce travail aurait peut-être pris plus de temps dans la « vraie vie ».

C’est alors que doit se poser la question de l’identité de l’ethnographe : faut-il créer un profil Instagram exprès pour l’enquête ou utiliser notre profil personnel si l’on en possède déjà un ? Doit-on créer un personnage neutre ou dévoiler notre réelle identité ?  Tout dépend de ce que l’on souhaite faire ensuite et à l’image d’une enquête ethnographique classique, l’ethnographe doit sans cesse être dans le souci de choisir la méthode la plus appropriée à son enquête. De notre côté nous avons préféré utiliser notre profil personnel pour nous présenter sur le terrain et inspirer un sentiment de confiance. En effet, après étude, notre profil personnel Instagram n’entrait pas en contradiction avec la démarche de l’enquête. Nous nous sommes donc abonnés au profil que nous souhaitions observer.

« Doit-on créer un profil exprès pour l’enquête ? […] » (Illustration Justine Dupenloup©2020)

Quid de la participation dans l’ethnographie en ligne ?

L’observation participante est peut-être ce qui est le plus sujet aux controverses concernant l’ethnographie en ligne. Les méthodes sont hétérogènes mais la littérature identifie deux types d’approche (V. Berry, 2012). La première se place dans la continuité de la tradition ethnographique classique. C’est-à-dire qu’il s’agit d’être sensible aux relations entre les utilisateurs, d’étudier les rites et les croyances selon le principe qu’Internet est un ensemble de microcosmes sociaux ; des répliques en miniature des sociétés qu’il est question d’observer. Cela implique que l’ethnographe apprenne les codes, les rites et les routines indigènes. La seconde s’en détache en s’intéressant uniquement à ce qui apparaît sur l’écran et ce qui est produit en ligne. C’est donc un travail autour de la persona que projette dans le cyberespace celui qui écrit derrière son écran. L’inconvénient de la première méthode est qu’il peut y avoir un réel décalage entre la personnalité virtuelle et la personnalité physique des internautes même si les deux mondes restent liés par le fait que ces derniers existent derrière leurs écrans. Est-il alors pertinent de se baser sur l’une pour interpréter l’autre ? La seconde peut aussi compromettre l’objectivité de l’analyse en omettant les liens tissés avec le monde « réel ». Il paraît risqué de prétendre mener une interprétation juste de la réalité à travers l’unique analyse des traces numériques. C’est pourquoi nous avons préféré compléter notre observation par un entretien.

D’autre part, ce qui suscite le doute sur le bienfondé de la méthode virtuelle est que l’ethnographe ne peut avoir qu’une vision partielle des échanges entre utilisateurs dans le sens où l’espace-temps cybernétique permet la maîtrise et la préméditation constante de ces derniers. En effet, même si Instagram est le réseau social qui prône le plus l’instantanéité des interactions – oui, à l’origine « Instant telegram » en anglais- il n’oblige pas forcément la spontanéité. Les échanges perdent donc de leur chaleur et il est possible que l’ethnographe se retrouve dans un climat d’observation plutôt tiède – à l’image de votre tasse de chocolat qui a eu le temps de refroidir depuis le début de ce billet web-. Aussi, pour rester sur l’exemple de notre enquête, nous nous sommes focalisés sur l’analyse du contenu des publications (photos et vidéos), des commentaires et du nombre de « Likes ». 

Il y a ici encore de quoi alimenter le débat sur les limites du terrain digital. Bien que nous trouvions les petits bonhommes jaunes très expressifs -les émoticons-, la gestuelle, la tonalité de la voix, le regard et la plupart de ce qui relève de l’implicite nous ont manqué. On aime que tous nos sens soient sollicités ; entendre, toucher et goûter parfois même, sont une richesse de l’enquête de terrain et apportent des informations qu’il est difficile d’obtenir par la seule vision – rien ne vous empêche de lécher votre écran de smartphone ou d’ordinateur mais il est peu probable que cela soit pertinent au regard d’une enquête cybernétique. 

Une autre conception des émotions prend forme. Les gestes se convertissent en signaux numériques. (Illustration Justine Dupenloup©2020).

Blague à part, cela nous amène donc à questionner la participation du cyber-ethnographe. Que doit-il faire : laisser des commentaires ? Dialoguer par messages privés ? Simplement « Liker » les publications ? Si sur le terrain physique la seule présence de l’enquêteur suffit à manifester une certaine forme de participation engageante, sur le terrain cybernétique la moindre action l’engage franchement. En ce qui nous concerne nous n’avons que « Liké » des publications, de façon à signaler notre présence dans le but d’établir un premier contact avec l’internaute et dans l’espoir final d’obtenir un entretien. Alors est-ce que décider de ne pas beaucoup participer aux activités empêche le cyber-ethnographe de saisir la dimension du terrain virtuel ? On peut aussi retrouver cette problématique au sein d’une ethnographie physique mais il faut retenir que sur le plan cognitif l’observation est toujours directe car elle implique une perception sensorielle et intellectuelle du milieu. Toutefois ce qui nous pousse à acquiescer à cette question dans le cas de la cyber-ethnographie est la prédominance de la vision au détriment des autres sens de l’observateur. Comme évoqué précédemment, l’implication cognitive n’est que partielle. L’ethnographie en ligne est donc une méthode récente qui doit se perfectionner dans ses techniques de participation et d’analyse. Toutefois gardons en tête que la méthode ethnographique doit évoluer et s’ajuster selon le terrain étudié, qu’il soit digital ou physique, et la population observée, avatars ou individus. Internet, bien qu’il ne soit tangible, constitue un nouvel espace d’interactions sociales qu’il convient d’utiliser et d’analyser pour enrichir notre connaissance du monde social. Il ne suffit donc pas d’enfiler son pyjama pour devenir un cyber-ethnographe émérite mais il est nécessaire de mener une réelle réflexion pour construire la méthode ethnographique la plus en adéquation avec l’enquête.

Rassurez-vous, le pyjama n’est pas une condition sine qua non à la cyber-ethnographie. Un jean et un t-shirt peuvent convenir (Illustration Justine Dupenloup©2020)

Bibliographie

  • Berry, V. (2012). Ethnographie sur Internet : rendre compte du « virtuel ». Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 45(4), 35-58. doi:10.3917/lsdle.454.0035.
  • Cochoy, F. (2019). Le Petit Poucet digital ethnographié: Le lecteur de magazine, les traces de QR codes, et le gentil Ogre. Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 13, 2(2), 527-557. doi:10.3917/rac.043.0527.
  • Fantini-Hauwel, C., Gély-Nargeot, M. & Raffard, S. (2014). Chapitre 1. Approches psychologiques du vieillissement. Dans : , C. Fantini-Hauwel, M. Gély-Nargeot & S. Raffard (Dir), Psychologie et psychopathologie de la personne vieillissante (pp. 1-36). Paris: Dunod.
  • Van Zanten, « Ethnographie », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 33-34.

L’entretien ethnographique téléphonique

Une alternative méthodologique délicate quand on ne peut plus avoir accès à son terrain

par Anthony Hamel (Mai 2020)

Reconstitution d’un entretien ethnographique en période de confinement (Photo Hamel Anthony, 24/04/20)

16 mars 2020. Le confinement est déclaré pour lutter contre le coronavirus. Nous ne pouvons dès lors plus retourner sur notre terrain de Ouistreham. Pour réaliser nos deux derniers entretiens, l’usage des communications à distance s’est imposé et en particulier, le téléphone.

En sociologie, l’entretien téléphonique est surtout utilisé dans des enquêtes quantitatives. C’est pourquoi dans La méthode en sociologie, J-C Combessie ne parle de ce mode de passation que pour répondre à des questionnaires et non pour des enquêtes semi ou non-directives[1].

Ce sont en fait surtout les psychologues qui utilisent cette technique à des visées préventives, afin d’accompagner anonymement des personnes qui souhaiteraient a minima un renseignement, au plus parler à quelqu’un de ses peines. D’après ces psychologues, l’utilisation du téléphone peut être plus rassurant pour se confier :

« Plus on est fragile psychiquement, moins on supporte le regard de l’interlocuteur. Il est alors moins intimidant de parler au téléphone, et certains adolescents entrent en communication plus facilement »[2].

Sans parler de fragilité psychique, on peut effectivement considérer que sans voir le visage de l’autre, la peur de se faire juger est moindre.

Si l’entretien sociologique est différent de ce genre d’appel, car c’est le chercheur qui en est à l’origine et qu’il n’a pas une visée thérapeutique, le sociologue comme le psychologue doit pouvoir se montrer compréhensif tandis que l’écouté doit pouvoir être à son aise pour se dévoiler. L’avantage du téléphone pour une aide psychologique doit donc l’être aussi pour le sociologue. L’usage du téléphone permettrait de créer un cadre proche de celui du confessionnal, quand le fidèle ne voit pas le visage du prêtre.

Mais l’entretien par téléphone pose une multitude de problèmes qu’il convient de résoudre pour se montrer efficace et il ne pourra jamais égaler la richesse des données recueillies par un entretien en face à face.

Des difficultés à surmonter

Le premier problème est d’ordre technique : la qualité du son. Lors de mon entretien, il n’était pas de bonne qualité et je peinais souvent à comprendre certains mots, des sons stridents intervenaient régulièrement et parfois, j’entendais ma propre voix en écho. J’étais au départ plus focalisé sur l’écoutabilité de l’enregistrement que sur l’entretien lui-même. Même si au début, j’ai demandé à mon interlocuteur de parler assez fort et distinctement, dès lors qu’il se mettait à parler plus librement et donc en faisant moins attention à son élocution, je n’osais plus l’interrompre. Sans parler du fait que l’appel téléphonique a coupé une fois, ce qui nous fait facilement perdre le fil de la conversation.

Puisque le seul lien qu’on a avec l’autre est oral, l’entretien téléphonique nécessite de toujours manifester sa présence. Le silence est alors un moment difficile, on prend le risque de laisser l’enquêté penser qu’on ne l’écoute plus, alors qu’on peut simplement être entrain de prendre des notes.

Cette peur du silence peut pousser l’enquêteur à se rattacher encore plus à sa grille d’entretien, rassurante, et à enchaîner les questions plus rapidement qu’à l’accoutumée. Déjà que l’enquêté peut croire qu’un entretien téléphonique est synonyme de réponses à un questionnaire, l’enchaînement de questions ne fera qu’amplifier les réponses courtes. Mais le fait que l’enquêté ne voit pas la grille d’entretien est au contraire une opportunité pour éviter cet effet aussi présent en face à face : j’aurais pu en effet mettre l’accent sur l’importance de la conversation, sans lui préciser que j’avais des questions devant les yeux. De plus, même si je lui ai précisé au départ que l’entretien durerait environ une heure, j’aurais pu, pour l’inciter à ne pas s’imaginer répondre à de brèves questions, lui demander s’il était confortablement installé et lui dire au départ de prendre son temps – cela m’aurait d’ailleurs éviter de me l’imaginer, je ne sais pourquoi, debout.

Les insuffisances de l’entretien téléphonique

Une conversation, ce n’est pas simplement des phrases échangées. Tout le corps y est sollicité :

« l’enquêteur, aux aguets, est comme à l’affût […] de la moindre information  »sociologique » — de type verbal, mais aussi non verbal, comme les nombreux silences, hésitations, soupirs, et diverses formes de mimique qui suppléent ou accompagnent les propos de l’enquêté… »[3]

Si les « silences, hésitations, soupirs » demeurent et qu’il est possible d’entendre un sourire, le sociologue est privé des mimiques, des postures et des attitudes de l’enquêté, qui sont autant d’éléments qui objectivent sa position sociale et qui accompagnent son discours.

Mais plus encore que de limiter les moyens de communication de l’enquêté, le téléphone handicape aussi le sociologue :

« L’intervieweur ne cesse donc pas d’être «actif» (et acteur), ne serait-ce que par son comportement non verbal de face à face : par des mimiques d’approbation, d’étonnement, de compassion, d’effarement. Bref l’enquêteur dispose d’une palette de moyens verbaux et non verbaux pour gérer la distance et la proximité avec l’enquêté. »[4]

Au téléphone, la palette se réduit énormément, les signes d’acquiescement étant seulement oraux. Pas de hochements de tête ou de regards approbateurs pour se sentir concerner. Toutes les émotions se jouent au timbre de la voix.

Enfin, un entretien ethnographique ne peut se limiter à une conversation. Il se fait toujours à un endroit, souvent le domicile ou lieu de travail de l’enquêté, donc un lieu qui fait du sens pour ce dernier :

« L’expérience de l’enquête prouve qu’un entretien approfondi ne prend sens véritablement que dans un «contexte», en fonction du lieu et du moment de l’entretien. La situation d’entretien est, à elle seule, une scène d’observation… »[5]

La particularité du téléphone est que l’on n’a pas accès au lieu où se trouve l’enquêté. On ne peut donc pas observer son environnement qui donne pourtant aussi de précieux renseignements sur la place sociale de l’individu et qui permet de le contextualiser au mieux. J’aurais pu tenter de combler ce trou en lui demandant où il se trouvait et s’il pouvait me décrire sa pièce, mais il s’agirait dès lors d’un discours, limité à ce qui lui paraît signifiant, ce qui ne remplace donc pas le regard du sociologue.

Finalement, l’entretien par téléphone s’avère perturbant plus pour l’enquêteur que pour l’enquêté. Mais même s’il m’a laissé après-coup un sentiment désagréable,  cet exercice en période de confinement fut tout de même un bon apprentissage sociologique : il m’a montré par l’absence ce qui est important de prendre en compte dans un entretien en face à face et ce qu’il faut faire lors d’un entretien téléphonique – et plus généralement dans tout entretien.


Notes

[1] Combessie, Jean-Claude, La méthode en sociologie, Paris, La Découverte, 2007, p.35.

[2] Comblez Samuel, « Psychologue sur une ligne d’écoute, une rencontre « décorporéisée » », in Le Journal des psychologues, n°267, 2009, p.41.

[3] Beaud, Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’« entretien ethnographique » », in Politix, n°35, vol. 9, 1996, p.245.

[4] Ibid, p. 244.

[5] Ibid, p. 236.