Mineurs non accompagnés. Les chemins de l’hospitalité, de Nieul à Ouistreham

Par Florence Guilbot (mai 2020)

Nieul  terminus, dernier arrêt avant les champs (Photo Florence Guilbot © 2020)

Dans le cadre de l’enquête collective ethnographique ayant pour thème Ouistreham, nous nous étions posé la question de l’accueil des migrants et plus particulièrement des mineurs non accompagnés(MNA) qui déambulaient dans les rues de la ville, en attendant un éventuel passage vers l’Angleterre. Nous nous proposions de faire un état des lieux de cet accueil par toutes les instances institutionnelles ou associatives qui étaient intervenues ou qui intervenaient encore sur le terrain. Il s’agissait d’observer par les différents récits de cette même histoire- l’accueil des mineurs non accompagnés- notre relation à l’autre comme altérité, notre relation à l’accueil ou plutôt dans la partie de l’enquête que j’ai menée auprès d’une association notre relation à l’hospitalité, l’accueil renvoyant plutôt aux registres bureaucratique et administratif (Gotman, 2001). L’hospitalité, elle, renvoyant «à ce qui permet à des individus, des familles de lieux différents de se faire société, se loger et se rendre des services mutuellement et réciproquement» (Gotman, 1997). La première partie de la recherche faite collectivement a été réalisée à distance avec les documents disponibles sur internet, ne pouvant me déplacer sur le terrain pour la seconde étape, j’ai réalisé un entretien avec Dalva, la présidente de l’association d’aide aux mineurs non accompagnés « Action MNA » basée à Nieul, la ville où j’habite. Cet entretien par le détour anthropologique m’a permis de changer de point de vue et d’éclairer une partie des mécanismes en jeu dans l’hospitalité… 

Le domaine de l’Evescault, où se trouve le bureau MNA. © Florence Guilbot, mai 2020         

La marge créatrice

Ce qui m’intéressait c’était de comprendre comment les limites de l’aide ou de la prise en charge institutionnelle des mineurs non accompagnés, des jeunes majeurs ou mijeurs ( Perrot, 2019), avec toute la violence que cela impliquait pour eux, permettaient l’émergence de volontés individuelles ou collectives qui allaient palier ce « manque » en offrant l’hospitalité. Voir comment cette limite, cet espace à combler, cette marge devenait génératrice de créativité.

L’enquête sur Ouistreham, où l’on comprenait que les jeunes étaient arrivés subitement et avaient bousculé la vie de la petite station balnéaire et où les bénévoles inventaient des solutions pour leur venir en aide, m’a assez vite fait penser à ce qui s’était passé à Nieul.

Les bureaux de l’Aide sociale à l’enfance et le service dédié aux MNA sont logés dans un petit domaine dont le château surplombe mon quartier. Le château  de l’Evescault est la dernière bâtisse avant les champs, c’est une des limites de la ville. Tout à coup, en 2016, des centaines de jeunes, africains pour la plupart, se mirent à monter et descendre les uns derrière les autres la route étroite qui mène au domaine et au bureau MNA. Ils y réglaient leurs problèmes administratifs, y prenaient des cours de français. Comme aucun bus ne desservait la zone, les jeunes devaient ensuite traverser la plaine à pied sur trois kilomètres, qu’il pleuve, vente ou neige, pour se rendre à l’hôtel Aladin où l’ASE les hébergeait.

Le récit de Dalva, la présidente de l’association« Action MNA », a montré que la première limite de l’aide institutionnelle avait été le manque de moyens du service MNA qui a demandé le concours des associations de la ville. Quatre-vingts bénévoles ont alors répondu favorablement et se sont organisés, formés sur le tas, à l’enseignement, à la santé et aux droits.

La deuxième limite de l’aide institutionnelle a été la reprise en main politique du service MNA par le conseil départemental avec pour effet un ralentissement puis un arrêt presque total de la prise en charge des mineurs non accompagnés.

Face à cette situation, les bénévoles dont Dalva, qui auparavant collaboraient avec l’ASE, ont créé l’association « Action MNA » et se sont rapidement spécialisés en droits des mineurs. L’association a pu alors occuper pleinement l’espace ignoré par les pouvoirs publics et ainsi s’opposer frontalement au conseil départemental en hébergeant les jeunes déboutés et en déposant systématiquement des recours devant le juge des enfants et ce avec l’aide d’un avocat.

La route entre l’ASE et l’hôtel Aladin au loin. (Photo : Florence Guilbot © mai 2020)

Les Chemins de l’hospitalité[1]

L’autre intention de la recherche était de comprendre quelles étaient les motivations des bénévoles qui étaient intervenus d’une manière ou d’une autre à Ouistreham et à Nieul, quels étaient les chemins qui mènent à l’hospitalité,  à ces « cas singuliers où se rencontrent le global et le local » (Gotman, 1997). Lors de l’enquête sur Ouistreham on comprenait bien, au travers des témoignages, que le premier mouvement semblait dû à l’émotion de voir de jeunes garçons livrés à eux-mêmes, dormant dans les fossés sans avoir mangé. Pourtant à Ouistreham comme ailleurs beaucoup de personnes avaient conscience de la présence de ces jeunes mais ils n’étaient qu’un petit nombre à agir pour leur venir en aide. Aussi je pensais qu’il fallait aller en amont de cette émotion et explorer avec les personnes qui s’étaient impliquées quelles étaient ces dispositions individuelles qui, dans leur histoire personnelle, leur permettaient de faire de l’espace pour l’autre, leur permettaient de faire preuve d’hospitalité.

Pour Dalva, c’est son origine italienne qui, dit-elle, la rapproche de tous les exilés, puis sa pratique, lorsqu’elle était enfant, du catholicisme. Elle cite la parole du Christ qui l’a beaucoup marquée: « Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers.» Elle fait ensuite référence à la banlieue où elle a vécu durant sa jeunesse et où tous ses voisins étaient étrangers, ainsi qu’à son engagement, jeune adulte, au parti communiste. Elle souligne qu’avant l’arrivée des mineurs isolés, elle voulait s’engager avec son mari pour rendre ce qui leur avait été donné tout au long de leur vie, replaçant ainsi toute son action de bénévole et de présidente de l’association, dans le domaine de la dette, et par conséquent dans le domaine du don et du contre don.

L’hôtel où les MNA étaient hébergés (Photo : Florence Guilbot © 2020)

Pour reprendre notre question de départ où nous interrogions notre relation (en tant que société) à l’accueil ou plutôt, dans la partie de l’enquête que j’ai menée, à l’hospitalité, il semble que face à la non prise en charge par l’Etat des jeunes mineurs, se déploie à Ouistreham, à Nieul, comme ailleurs,  « la capacité créatrice, novatrice, que Durkheim confère à l’ “effervescence” du social..»(Balandier, 1980).

Il ressort qu’ici l’espace que laisse l’institution qui se rétracte, cet espace à combler rejoint l’espace que l’individu est prêt à ouvrir à l’autre (Gotman.1997), et permet l’action collective « comme ensemble des pratiques coordonnées d’un groupe pour la défense de ses valeurs et de ses intérêts» (Ansart, 1999). Se pose alors une question plus générale, propre aux théories de l’action collective : « pourquoi se mobilise-t-on ? ». Il nous semble qu’ « Action MNA » en tant qu’ « action concertée qui implique une intention consciente ; qui existe dans un contexte temporel et spatial, qui est ordonnée en forme organisationnelle et présente des visées multiples au sein desquelles le droit joue un rôle fondamental » (Céfaï. 2007) et en tant que fait social, est « bon à penser » et mérite une attention plus soutenue. Nous aimerions pouvoir, pour dessiner l’histoire et la géographie de l’association, interviewer tous ses bénévoles afin de scruter, de comprendre les mécanismes à l’œuvre dans cette action collective qui, comme Daniel Céfaï le souligne: « est l’expression d’une nouvelle forme de participation démocratique et consiste en des batailles de droit pour le bien public et contre le mal public».

Bibliographie 

  • ANSART Pierre, 1999, « Action collective », in André AKOUN et Pierre ANSART (dir.), Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Robert/Seuil,  p. 8.
  • BALANDIER Georges, 1980, « Le Désordre. Éloge du mouvement », Paris, Fayard, 1980, cité par DELORME Pierre-Alexandre dans le cours de changement social 2
  • MAYOL Séverine, 2007, « Daniel Céfaï, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 novembre 2007, consulté le 22 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org.ezproxy.normandie-univ.fr/lectures/472
  • GOTMAN Anne, 2001, Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre. Presses Universitaires de France, « Le Lien social », 544 pages. ISBN : 9782130514961. DOI : 10.3917/puf.gotma.2001.01. URL : https://www.cairn.info/le-sens-de-l-hospitalite–9782130514961.htm
  • GOTMAN Anne, 1997, « La question de l’hospitalité aujourd’hui ». In: Communications, 65. L’hospitalité. pp. 5-19;doi : https://doi.org/10.3406/comm.1997.1983https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1997_num_65_1_1983 leur vie.
  • PERROT Adeline, 2019, « Une infantilisation inévitable ? La réversibilité de l’âge chez les jeunes exilés en France », Genèses, 1 (n° 114), p. 75-95. DOI : 10.3917/gen.114.0075. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2019-1-page-75.htm

Notes

[1] Gotman Anne, 2001.

Observation ethnographique à Ouistreham : quand la découverte du terrain est synonyme d’observation réflexive

par Esther LAYET — mai 2020

« Gendarmes partout, bénévoles nulle part » (Photo : Nicolas Deprez © 2020)

Nous sommes arrivés à Ouistreham un matin de février où le vent soufflait particulièrement fort. En traversant la commune presque déserte en voiture, nous avons d’abord aperçu un groupe d’une quinzaine de migrants sur un rond-point aux abords de la ville. Puis ce sont quelques gendarmes qui ont attiré notre regard à notre arrivée sur le parking de la place portuaire. La pluie se faisant plus insistante, nous avons retrouvé nos camarades sous la halle du marché aux poissons où quelques personnes faisaient leurs courses. Le plus souvent des personnes âgées, elles jetaient un œil curieux à ce groupe d’une cinquantaine de personnes réunies au bout de l’allée couverte. Nous avons vite compris que nous n’allions pas passer inaperçus.

Nous avons pris nos marques sur le terrain dans cette première impression à deux facettes. D’une part, la commune semblait déserte. Les conditions météorologiques ou le cadre spatio-temporel (un matin d’hiver en semaine dans une petite commune à l’activité saisonnière) y étaient peut-être pour quelque chose. Mais d’autre part, nous étions l’élément invalidant cette première impression ; notre présence venait combler la vacuité des lieux. En nous promenant pour nous familiariser avec le terrain, nous avons ressenti cette impression d’être « à découvert ». Nous étions, dès les premiers instants, des observateurs observés sans foule ni animation pour se fondre dans le décor. Mettre les pieds sur le terrain ne voulait pas seulement dire se l’approprier, c’était surtout y prendre corps, s’y incorporer comme partie prenante de l’objet d’analyse.

Il a donc fallu nous familiariser avec des lieux qui nous étaient étrangers pour ensuite questionner les éléments qui allaient de soi. Nous n’avions pourtant pas choisi un groupe évident à étudier. Il ne s’agissait ni des personnes âgées, ni des pêcheurs, mais d’une autre population tout aussi caractéristique de Ouistreham : les migrants établis sur la commune littorale dans le but de rejoindre l’Angleterre. Ce phénomène des migrations n’y est pas nouveau comme l’on fait remarquer nombre d’habitants au cours de nos discussions. Celui qui concerne les soudanais a commencé à l’été 2017. Devenu ordinaire aux yeux des résidents, c’était pour nous totalement nouveau et inhabituel. Nous n’avons donc pu cacher notre étonnement en voyant ces jeunes hommes tenter de s’accrocher aux  camions en direction du Ferry. Nous étions moins dans la position d’investigateurs que de spectateurs. Nos regards curieux posés sur eux et nos tentatives de communication maladroites déterminaient le cadre de notre observation et les données recueillies.

Au fur et à mesure de la journée, les lieux se sont faits plus animés. Nous avons croisé des habitants sur le parvis de l’Eglise, à la Mairie, au PMU ou encore au Centre socioculturel. Mais en déambulant sur le terrain, empruntant parfois un itinéraire répété dans un sens et dans l’autre, nos perceptions se sont focalisées sur certains éléments qui se faisaient, eux aussi, répétitifs. Les quatre gendarmes aperçus le matin sur le parking se sont démultipliés en une vingtaine de voitures de la gendarmerie circulant sur la commune du midi jusqu’à notre départ en fin d’après-midi. Cette présence accrue de la gendarmerie n’était pas hasardeuse : nos perceptions étaient régies par notre questionnement théorique. Etudiant la question des migrations, le passage clandestin sur le Brittany Ferry et la solidarité apportée par les habitants, notre attention portait donc à la fois sur les forces de l’ordre, les jeunes soudanais et les bénévoles. Les aides mises en place par ces derniers n’étant pas d’actualité durant notre première journée d’enquête, notre attention s’est donc rétractée sur les flux des gendarmes et ceux des migrants. Nous étions de fait moins sensibles aux passants, aux commerces, aux transports en commun. Et c’est précisément cette indisposition qui faisait que nous voyions des voitures de la gendarmerie partout.

Cette omniprésence des gendarmes et absence des bénévoles ne s’est pourtant pas vérifiée à l’identique durant notre deuxième journée d’enquête, un mois plus tard. Même jour et mêmes horaires à peu de choses près, nous avons retrouvé le flux incessant des forces de l’ordre sur la commune. Cette fois, nous sommes restés plus tardivement afin d’assister à la distribution alimentaire d’une association caritative en fin de journée. Et notre présence a considérablement modifié le cadre de l’événement.

Nous étions deux groupes d’étudiants et une professeure soit une dizaine de personnes à se rendre sur un parking isolé du centre-ville où se tenait le camion de l’association. A peine arrivés, une femme est venue nous avertir frontalement que notre présence n’était pas vraiment la bienvenue, nous renvoyant ainsi l’impression de « voyeurs » que nous dégagions. Puis une vingtaine d’hommes ont circulé aléatoirement sur les lieux pour récupérer vivres et vêtements. Parfois furtivement, d’autres fois en prenant le temps de discuter entre eux ou avec les bénévoles. Certains se sont adressés à nous pour nous demander une cigarette ou notre identité. Notre présence venait donc modifier leur comportement sans que nous puissions identifier ni la nature ni la mesure du changement. Nous ne pouvions dire si le caractère discret et furtif, ou au contraire plus long et décontracté de leur passage, était dû à notre présence. De même que nous ne savions pas si leurs agissements restaient imperméables à notre présence.

L’enquête empirique étant par ailleurs éprouvée depuis un prisme subjectif, traversée par des aprioris et des émotions propres, il apparait impossible à l’enquêteur d’analyser la mesure de son impact sur le terrain puisqu’il ne dispose pas de cadre référentiel dépourvu de sa présence. Stéphane Beaud et Florence Weber (1998) écrivent qu’il ne peut y avoir de neutralité axiologique in situ : c’est un principe d’analyse et non d’observation. Ainsi nous ne pouvions que noter mentalement les faits observés et les propos entendus à travers le prisme de perceptions respectives afin de les utiliser comme matière objectivable une fois le terrain quitté.

Durant notre enquête à Ouistreham, nous avons donc expérimenté l’implication intrinsèque de l’enquêteur sur « son » terrain. Pour se représenter la chose, nous pourrions inverser le déterminant possessif systématiquement accolé au terrain : c’est le chercheur qui tend à appartenir au terrain et non l’inverse. Il s’y intègre comme objet d’analyse. Ses observations vont nécessairement dépendre de son influence auprès des enquêtés, de ses conditions d’entrée sur le terrain, de la position qu’il y occupe ainsi que de son questionnement théorique. L’observation ethnographique nous a tout d’abord appris à prendre en compte l’influence de notre présence sur le terrain et à développer une approche réflexive sur l’attitude, les gestes et le discours adoptés. Elle nous a fait comprendre que la recherche empirique est perçue depuis une réalité propre, façonnée par des perceptions subjectives. C’est une pratique située qui ne peut être impartiale. Et c’est bien l’analyse, que nous avons tenté de mener ici, qui se doit d’être la plus neutre possible, bien que toujours conditionnée par la position sociale du chercheur ou de la chercheuse.

Bibliographie

  • BEAUD, Stéphane & WEBER, Florence. Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques. La Découverte, Paris, 1998.

Quand la loi n’aide pas : la migration face à la complexité administrative

par Margot JOUIN (mai 2020)

Croquis réalisé par un membre du groupe qui représente le campement des migrants à Ouistreham et qui permet d’illustrer les conditions de vie de la population qui est au centre de notre recherche.

La crise migratoire est l’un des plus gros enjeux de notre société depuis ces dix dernières années. Bien que les flux migratoires aient baissé ces dernières années, ils n’en restent pas moins importants et il suffit de regarder la situation présente à Ouistreham pour s’en rendre compte. Nous avons décidé de nous intéresser à la question migratoire car nous avions entendu parler de la situation des migrants à Ouistreham et que nous voulions en apprendre plus. Un des aspects qui est ressorti de certains entretiens et que nous n’avions pas pensé à évoquer, c’est la complexité administrative à laquelle font face les migrants. Cette complexité nous a été expliquée par un des représentants du pôle juridique du CAMO, le Collectif d’Aide aux Migrants de Ouistreham, qui a fait partie des premiers bénévoles de l’association, créée en 2017, et qui représente ce pôle depuis son apparition. Bien qu’une majorité de migrants qui se trouvent à Ouistreham a pour objectif de rejoindre l’Angleterre, certains en revanche souhaitent rester en France. Va alors commencer un « parcours du combattant » qui va s’ajouter à leur situation déjà compliquée. Nous pouvons alors nous demander comment les démarches administratives viennent s’ajouter aux situations déjà compliquées des personnes en situation de migration ?

En France, en 2019, nous pouvons dénombrer 132 614 demandes d’asiles.  Il est donc important d’expliquer ce qu’est la procédure de demande d’asile en France. Dans un premier temps quand la personne en situation de migration arrive sur le territoire, elle doit se présenter à la plateforme d’accueil des demandeurs d’asiles (PADA) et prendre rendez- vous au guichet unique des demandeurs d’asiles (GUDA). Elle va ensuite être dirigée vers l’office français de l’intégration et de la migration (OFII) qui va alors se charger de l’évaluation de la situation du demandeur d’asile et de la gestion des conditions matérielles d’accueil. Les procédures normales et accélérées permettent d’avoir un titre de séjour, provisoire, l’attestation de demande d’asile, le temps de la procédure.

L’office français des protections réfugiés et apatrides (OFPRA) est chargé d’instruire les demandes d’asiles en se basant sur la convention de Genève de 1951 et la loi sur la protection subsidiaire. Si la demande d’asile relève de la France, un dossier OFPRA est remis au demandeur d’asile qui a alors 21 jours pour remplir et renvoyer le dossier rédigé en français. Le dossier contient deux parties, une sur l’état civil et l’autre sur la nature des persécutions ou menaces qu’il a subi ainsi que les raisons qui l’empêchent d’être protégé par son état. Le demandeur d’asile est ensuite convoqué à un entretien où il a la possibilité d’être accompagné par un interprète. La personne doit alors raconter son parcours pour « convaincre » le membre de l’OFPRA qu’il a des raisons valables de demander l’asile.

Le demandeur d’asile doit avoir une réponse sous 15 jours pour les demandes accélérées et sous 6 mois pour les procédures normales, cependant ces délais sont en réalité beaucoup plus longs. A la suite de la procédure la personne peut obtenir le statut de réfugié, avec une carte de résident de 10 ans ou la protection subsidiaire, avec un titre de séjour temporaire de 1 an. Il rentre alors dans le droit commun. Une fois rentré dans le droit commun il ne va plus recevoir d’aides particulièresalors qu’il continue à avoir des difficultés par exemple au niveau de la maitrise de la langue. Il faut savoir que seulement 26,9% des dossiers ont été acceptés en 2017 par exemple. Si la demande est rejetée il y a la possibilité de faire appel à un recours devant la cour nationale du droit d’asile (CNDA) sous un délai de 1 mois avec l’aide d’un avocat si souhaité. A la suite de l’audience le demandeur d’asile reçoit une réponse entre 5 semaines et 5 mois si les délais sont respectés. Si le demandeur fait face à un nouveau refus et qu’il est hébergé dans un centre d’hébergement il a un mois pour partir, et il ne peut plus être sur le territoire français.

Une des lois qui complexifie encore plus les démarches, et dont nous a parlé un des représentants du pôle juridique, c’est la loi Dublin III. Cette loi consiste à déléguer la responsabilité de l’examen de la demande d’asile d’un réfugié au premier pays qui l’a accueilli. Nous pouvons prendre l’exemple de l’Italie où dès leur arrivée dans le pays les migrants sont amenés à procéder à une identification et vont devoir donner leurs empreintes qui sont alors enregistrées dans le fichier Eurodac. Lorsqu’une personne va déposer une demande d’asile en France, si elle est enregistrée dans le fichier alors elle va être soumise à la procédure Dublin et va être rapatriée dans son pays d’entrée, par exemple l’Italie, sous un délai de 6 mois. Nous pouvons alors parler d’un dubliné. En 2017 par exemple sur les 121 000 demandes d’asile un tiers, soit 41 500 vont être des ressortissants de la loi de Dublin. Après un délai de 18 mois sans entamer de démarche la personne va pouvoir faire une demande d’asile en France. Lorsque l’on est un dubliné, on a le droit à un accompagnement social et administratif mais on ne peut pas avoir accès aux centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). Cependant, lors de mon entretien, j’ai pu comprendre que les choses sont parfois plus compliquées. Il arrive que des agents, par exemple en Italie n’enregistrent pas seulement les empreintes du jeune en situation de migration à son arrivée mais l’enregistrent aussi comme demandeur d’asile, sans son accord. Cela a pour conséquence qu’après avoir attendu un an pour ne plus être ressortissant Dublin, la personne fait une demande d’asile en France et se rend compte qu’une est déjà en cours en Italie et elle est donc réexpédiée. Sur tous les migrants qui sont passés à Ouistreham, seulement 20 ont été autorisés à demander l’asile et seulement 11 ont obtenu le statut de réfugié.

Il existe différentes aides proposées aux demandeurs d’asile. Premièrement il y a l’hébergement dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asiles mais les places sont limitées et beaucoup n’y ont pas accès. Ils vont alors être redirigés vers des hébergements d’urgence ou peuvent se voir proposées d’autres solutions, comme par exemple les migrants qui sont logés par le CAMO DODO. Cependant aujourd’hui encore, 50% des demandeurs d’asile sont sans proposition de logement et beaucoup dorment dehors. Ensuite il y a le droit de travailler dans un délai de 6 mois après avoir obtenu un titre de demandeur d’asile et directement une fois que l’on a obtenu le statut de réfugié. Il faut donc avoir déjà entrepris des démarches pour pouvoir travailler contrairement à l’Angleterre. Or on a pu voir que les démarches sont compliquées et demandent du temps ce qui rend la situation financière compliquée. Pour ceux qui sont hébergés par les CADA il y a la possibilité de recevoir l’allocation de demandeur d’asile (ADA).

Nous pouvons voir que la complexité des démarches met quelque peu entre parenthèses la situation des personnes en situation de migration. La préparation du dossier de l’OFPRA en lui-même est compliquée, tout d’abord car il faut raconter son histoire et que cela ne se révèle pas toujours facile, de plus il doit être rédigé en français ce qui demande une aide puisque la plupart ne parle pas la langue. Si les migrants de Ouistreham sont aidés par le CAMO par exemple, ce n’est pas le cas de tous notamment à Paris où ils sont beaucoup plus nombreux. Ensuite les délais et les temps d’attente sont longs, un temps pendant lequel ils ne peuvent rien entreprendre réellement. Tout n’est pas fait pour faciliter cette étape. Par exemple avant d’être réexpédiés ils doivent aller pointer tous les mois à la préfecture de Rouen, ce qui semble facile mais que se révèle compliqué lorsqu’ils n’ont pas d’argent pour prendre le train. De façon générale le parcours pour obtenir ces papiers est un parcours long et difficile, et même après avoir obtenu le statut de réfugié la route est encore longue pour tenter de s’intégrer dans la société, et une des plus grandes difficultés restent, en France, la barrière de la langue qui compromet la recherche d’un travail ou encore l’obtention du permis de conduire.

Bibliographie 

  • La procédure de demande d’asile, Office français de protection des réfugiés et apatrides. 
  • « La procédure dite « normale » », L’asile en France 
  • Pascula Julia, « En 2019, la demande d’asile toujours en hausse », Le monde, 21 janvier 2020 
  • Responsable national Asile, « Dubliné·e, vous avez dit Dubliné·e ? Guide pratique et théorique du règlement Dublin », La Cimade, 7 mars 2020