Observation ethnographique à Ouistreham : quand la découverte du terrain est synonyme d’observation réflexive

par Esther LAYET — mai 2020

« Gendarmes partout, bénévoles nulle part » (Photo : Nicolas Deprez © 2020)

Nous sommes arrivés à Ouistreham un matin de février où le vent soufflait particulièrement fort. En traversant la commune presque déserte en voiture, nous avons d’abord aperçu un groupe d’une quinzaine de migrants sur un rond-point aux abords de la ville. Puis ce sont quelques gendarmes qui ont attiré notre regard à notre arrivée sur le parking de la place portuaire. La pluie se faisant plus insistante, nous avons retrouvé nos camarades sous la halle du marché aux poissons où quelques personnes faisaient leurs courses. Le plus souvent des personnes âgées, elles jetaient un œil curieux à ce groupe d’une cinquantaine de personnes réunies au bout de l’allée couverte. Nous avons vite compris que nous n’allions pas passer inaperçus.

Nous avons pris nos marques sur le terrain dans cette première impression à deux facettes. D’une part, la commune semblait déserte. Les conditions météorologiques ou le cadre spatio-temporel (un matin d’hiver en semaine dans une petite commune à l’activité saisonnière) y étaient peut-être pour quelque chose. Mais d’autre part, nous étions l’élément invalidant cette première impression ; notre présence venait combler la vacuité des lieux. En nous promenant pour nous familiariser avec le terrain, nous avons ressenti cette impression d’être « à découvert ». Nous étions, dès les premiers instants, des observateurs observés sans foule ni animation pour se fondre dans le décor. Mettre les pieds sur le terrain ne voulait pas seulement dire se l’approprier, c’était surtout y prendre corps, s’y incorporer comme partie prenante de l’objet d’analyse.

Il a donc fallu nous familiariser avec des lieux qui nous étaient étrangers pour ensuite questionner les éléments qui allaient de soi. Nous n’avions pourtant pas choisi un groupe évident à étudier. Il ne s’agissait ni des personnes âgées, ni des pêcheurs, mais d’une autre population tout aussi caractéristique de Ouistreham : les migrants établis sur la commune littorale dans le but de rejoindre l’Angleterre. Ce phénomène des migrations n’y est pas nouveau comme l’on fait remarquer nombre d’habitants au cours de nos discussions. Celui qui concerne les soudanais a commencé à l’été 2017. Devenu ordinaire aux yeux des résidents, c’était pour nous totalement nouveau et inhabituel. Nous n’avons donc pu cacher notre étonnement en voyant ces jeunes hommes tenter de s’accrocher aux  camions en direction du Ferry. Nous étions moins dans la position d’investigateurs que de spectateurs. Nos regards curieux posés sur eux et nos tentatives de communication maladroites déterminaient le cadre de notre observation et les données recueillies.

Au fur et à mesure de la journée, les lieux se sont faits plus animés. Nous avons croisé des habitants sur le parvis de l’Eglise, à la Mairie, au PMU ou encore au Centre socioculturel. Mais en déambulant sur le terrain, empruntant parfois un itinéraire répété dans un sens et dans l’autre, nos perceptions se sont focalisées sur certains éléments qui se faisaient, eux aussi, répétitifs. Les quatre gendarmes aperçus le matin sur le parking se sont démultipliés en une vingtaine de voitures de la gendarmerie circulant sur la commune du midi jusqu’à notre départ en fin d’après-midi. Cette présence accrue de la gendarmerie n’était pas hasardeuse : nos perceptions étaient régies par notre questionnement théorique. Etudiant la question des migrations, le passage clandestin sur le Brittany Ferry et la solidarité apportée par les habitants, notre attention portait donc à la fois sur les forces de l’ordre, les jeunes soudanais et les bénévoles. Les aides mises en place par ces derniers n’étant pas d’actualité durant notre première journée d’enquête, notre attention s’est donc rétractée sur les flux des gendarmes et ceux des migrants. Nous étions de fait moins sensibles aux passants, aux commerces, aux transports en commun. Et c’est précisément cette indisposition qui faisait que nous voyions des voitures de la gendarmerie partout.

Cette omniprésence des gendarmes et absence des bénévoles ne s’est pourtant pas vérifiée à l’identique durant notre deuxième journée d’enquête, un mois plus tard. Même jour et mêmes horaires à peu de choses près, nous avons retrouvé le flux incessant des forces de l’ordre sur la commune. Cette fois, nous sommes restés plus tardivement afin d’assister à la distribution alimentaire d’une association caritative en fin de journée. Et notre présence a considérablement modifié le cadre de l’événement.

Nous étions deux groupes d’étudiants et une professeure soit une dizaine de personnes à se rendre sur un parking isolé du centre-ville où se tenait le camion de l’association. A peine arrivés, une femme est venue nous avertir frontalement que notre présence n’était pas vraiment la bienvenue, nous renvoyant ainsi l’impression de « voyeurs » que nous dégagions. Puis une vingtaine d’hommes ont circulé aléatoirement sur les lieux pour récupérer vivres et vêtements. Parfois furtivement, d’autres fois en prenant le temps de discuter entre eux ou avec les bénévoles. Certains se sont adressés à nous pour nous demander une cigarette ou notre identité. Notre présence venait donc modifier leur comportement sans que nous puissions identifier ni la nature ni la mesure du changement. Nous ne pouvions dire si le caractère discret et furtif, ou au contraire plus long et décontracté de leur passage, était dû à notre présence. De même que nous ne savions pas si leurs agissements restaient imperméables à notre présence.

L’enquête empirique étant par ailleurs éprouvée depuis un prisme subjectif, traversée par des aprioris et des émotions propres, il apparait impossible à l’enquêteur d’analyser la mesure de son impact sur le terrain puisqu’il ne dispose pas de cadre référentiel dépourvu de sa présence. Stéphane Beaud et Florence Weber (1998) écrivent qu’il ne peut y avoir de neutralité axiologique in situ : c’est un principe d’analyse et non d’observation. Ainsi nous ne pouvions que noter mentalement les faits observés et les propos entendus à travers le prisme de perceptions respectives afin de les utiliser comme matière objectivable une fois le terrain quitté.

Durant notre enquête à Ouistreham, nous avons donc expérimenté l’implication intrinsèque de l’enquêteur sur « son » terrain. Pour se représenter la chose, nous pourrions inverser le déterminant possessif systématiquement accolé au terrain : c’est le chercheur qui tend à appartenir au terrain et non l’inverse. Il s’y intègre comme objet d’analyse. Ses observations vont nécessairement dépendre de son influence auprès des enquêtés, de ses conditions d’entrée sur le terrain, de la position qu’il y occupe ainsi que de son questionnement théorique. L’observation ethnographique nous a tout d’abord appris à prendre en compte l’influence de notre présence sur le terrain et à développer une approche réflexive sur l’attitude, les gestes et le discours adoptés. Elle nous a fait comprendre que la recherche empirique est perçue depuis une réalité propre, façonnée par des perceptions subjectives. C’est une pratique située qui ne peut être impartiale. Et c’est bien l’analyse, que nous avons tenté de mener ici, qui se doit d’être la plus neutre possible, bien que toujours conditionnée par la position sociale du chercheur ou de la chercheuse.

Bibliographie

  • BEAUD, Stéphane & WEBER, Florence. Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques. La Découverte, Paris, 1998.

Quand la loi n’aide pas : la migration face à la complexité administrative

par Margot JOUIN (mai 2020)

Croquis réalisé par un membre du groupe qui représente le campement des migrants à Ouistreham et qui permet d’illustrer les conditions de vie de la population qui est au centre de notre recherche.

La crise migratoire est l’un des plus gros enjeux de notre société depuis ces dix dernières années. Bien que les flux migratoires aient baissé ces dernières années, ils n’en restent pas moins importants et il suffit de regarder la situation présente à Ouistreham pour s’en rendre compte. Nous avons décidé de nous intéresser à la question migratoire car nous avions entendu parler de la situation des migrants à Ouistreham et que nous voulions en apprendre plus. Un des aspects qui est ressorti de certains entretiens et que nous n’avions pas pensé à évoquer, c’est la complexité administrative à laquelle font face les migrants. Cette complexité nous a été expliquée par un des représentants du pôle juridique du CAMO, le Collectif d’Aide aux Migrants de Ouistreham, qui a fait partie des premiers bénévoles de l’association, créée en 2017, et qui représente ce pôle depuis son apparition. Bien qu’une majorité de migrants qui se trouvent à Ouistreham a pour objectif de rejoindre l’Angleterre, certains en revanche souhaitent rester en France. Va alors commencer un « parcours du combattant » qui va s’ajouter à leur situation déjà compliquée. Nous pouvons alors nous demander comment les démarches administratives viennent s’ajouter aux situations déjà compliquées des personnes en situation de migration ?

En France, en 2019, nous pouvons dénombrer 132 614 demandes d’asiles.  Il est donc important d’expliquer ce qu’est la procédure de demande d’asile en France. Dans un premier temps quand la personne en situation de migration arrive sur le territoire, elle doit se présenter à la plateforme d’accueil des demandeurs d’asiles (PADA) et prendre rendez- vous au guichet unique des demandeurs d’asiles (GUDA). Elle va ensuite être dirigée vers l’office français de l’intégration et de la migration (OFII) qui va alors se charger de l’évaluation de la situation du demandeur d’asile et de la gestion des conditions matérielles d’accueil. Les procédures normales et accélérées permettent d’avoir un titre de séjour, provisoire, l’attestation de demande d’asile, le temps de la procédure.

L’office français des protections réfugiés et apatrides (OFPRA) est chargé d’instruire les demandes d’asiles en se basant sur la convention de Genève de 1951 et la loi sur la protection subsidiaire. Si la demande d’asile relève de la France, un dossier OFPRA est remis au demandeur d’asile qui a alors 21 jours pour remplir et renvoyer le dossier rédigé en français. Le dossier contient deux parties, une sur l’état civil et l’autre sur la nature des persécutions ou menaces qu’il a subi ainsi que les raisons qui l’empêchent d’être protégé par son état. Le demandeur d’asile est ensuite convoqué à un entretien où il a la possibilité d’être accompagné par un interprète. La personne doit alors raconter son parcours pour « convaincre » le membre de l’OFPRA qu’il a des raisons valables de demander l’asile.

Le demandeur d’asile doit avoir une réponse sous 15 jours pour les demandes accélérées et sous 6 mois pour les procédures normales, cependant ces délais sont en réalité beaucoup plus longs. A la suite de la procédure la personne peut obtenir le statut de réfugié, avec une carte de résident de 10 ans ou la protection subsidiaire, avec un titre de séjour temporaire de 1 an. Il rentre alors dans le droit commun. Une fois rentré dans le droit commun il ne va plus recevoir d’aides particulièresalors qu’il continue à avoir des difficultés par exemple au niveau de la maitrise de la langue. Il faut savoir que seulement 26,9% des dossiers ont été acceptés en 2017 par exemple. Si la demande est rejetée il y a la possibilité de faire appel à un recours devant la cour nationale du droit d’asile (CNDA) sous un délai de 1 mois avec l’aide d’un avocat si souhaité. A la suite de l’audience le demandeur d’asile reçoit une réponse entre 5 semaines et 5 mois si les délais sont respectés. Si le demandeur fait face à un nouveau refus et qu’il est hébergé dans un centre d’hébergement il a un mois pour partir, et il ne peut plus être sur le territoire français.

Une des lois qui complexifie encore plus les démarches, et dont nous a parlé un des représentants du pôle juridique, c’est la loi Dublin III. Cette loi consiste à déléguer la responsabilité de l’examen de la demande d’asile d’un réfugié au premier pays qui l’a accueilli. Nous pouvons prendre l’exemple de l’Italie où dès leur arrivée dans le pays les migrants sont amenés à procéder à une identification et vont devoir donner leurs empreintes qui sont alors enregistrées dans le fichier Eurodac. Lorsqu’une personne va déposer une demande d’asile en France, si elle est enregistrée dans le fichier alors elle va être soumise à la procédure Dublin et va être rapatriée dans son pays d’entrée, par exemple l’Italie, sous un délai de 6 mois. Nous pouvons alors parler d’un dubliné. En 2017 par exemple sur les 121 000 demandes d’asile un tiers, soit 41 500 vont être des ressortissants de la loi de Dublin. Après un délai de 18 mois sans entamer de démarche la personne va pouvoir faire une demande d’asile en France. Lorsque l’on est un dubliné, on a le droit à un accompagnement social et administratif mais on ne peut pas avoir accès aux centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). Cependant, lors de mon entretien, j’ai pu comprendre que les choses sont parfois plus compliquées. Il arrive que des agents, par exemple en Italie n’enregistrent pas seulement les empreintes du jeune en situation de migration à son arrivée mais l’enregistrent aussi comme demandeur d’asile, sans son accord. Cela a pour conséquence qu’après avoir attendu un an pour ne plus être ressortissant Dublin, la personne fait une demande d’asile en France et se rend compte qu’une est déjà en cours en Italie et elle est donc réexpédiée. Sur tous les migrants qui sont passés à Ouistreham, seulement 20 ont été autorisés à demander l’asile et seulement 11 ont obtenu le statut de réfugié.

Il existe différentes aides proposées aux demandeurs d’asile. Premièrement il y a l’hébergement dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asiles mais les places sont limitées et beaucoup n’y ont pas accès. Ils vont alors être redirigés vers des hébergements d’urgence ou peuvent se voir proposées d’autres solutions, comme par exemple les migrants qui sont logés par le CAMO DODO. Cependant aujourd’hui encore, 50% des demandeurs d’asile sont sans proposition de logement et beaucoup dorment dehors. Ensuite il y a le droit de travailler dans un délai de 6 mois après avoir obtenu un titre de demandeur d’asile et directement une fois que l’on a obtenu le statut de réfugié. Il faut donc avoir déjà entrepris des démarches pour pouvoir travailler contrairement à l’Angleterre. Or on a pu voir que les démarches sont compliquées et demandent du temps ce qui rend la situation financière compliquée. Pour ceux qui sont hébergés par les CADA il y a la possibilité de recevoir l’allocation de demandeur d’asile (ADA).

Nous pouvons voir que la complexité des démarches met quelque peu entre parenthèses la situation des personnes en situation de migration. La préparation du dossier de l’OFPRA en lui-même est compliquée, tout d’abord car il faut raconter son histoire et que cela ne se révèle pas toujours facile, de plus il doit être rédigé en français ce qui demande une aide puisque la plupart ne parle pas la langue. Si les migrants de Ouistreham sont aidés par le CAMO par exemple, ce n’est pas le cas de tous notamment à Paris où ils sont beaucoup plus nombreux. Ensuite les délais et les temps d’attente sont longs, un temps pendant lequel ils ne peuvent rien entreprendre réellement. Tout n’est pas fait pour faciliter cette étape. Par exemple avant d’être réexpédiés ils doivent aller pointer tous les mois à la préfecture de Rouen, ce qui semble facile mais que se révèle compliqué lorsqu’ils n’ont pas d’argent pour prendre le train. De façon générale le parcours pour obtenir ces papiers est un parcours long et difficile, et même après avoir obtenu le statut de réfugié la route est encore longue pour tenter de s’intégrer dans la société, et une des plus grandes difficultés restent, en France, la barrière de la langue qui compromet la recherche d’un travail ou encore l’obtention du permis de conduire.

Bibliographie 

  • La procédure de demande d’asile, Office français de protection des réfugiés et apatrides. 
  • « La procédure dite « normale » », L’asile en France 
  • Pascula Julia, « En 2019, la demande d’asile toujours en hausse », Le monde, 21 janvier 2020 
  • Responsable national Asile, « Dubliné·e, vous avez dit Dubliné·e ? Guide pratique et théorique du règlement Dublin », La Cimade, 7 mars 2020 

Joies et tracas d’une observation du net par le net ou ethnographie 2.0

Par Justine DUPENLOUP (mai 2020)

Avec le confinement, l’observation ethnographique en ligne vient de gagner de nombreux adeptes. L’enthousiasme retombe certes vite pour ceux qui connaissent la richesse de l’observation de terrain et la puissance des troubles cognitifs qu’il peut susciter. Mais tout n’est pas à jeter et la méthode se consolide progressivement. Parmi les étudiants volontairement inscrits en début d’année pour un enseignement à distance (donc indépendamment des questions sanitaires), certains ce sont saisis de cette méthode pour tenter de contribuer — toujours à distance — à notre enquête collective de terrain. Nous avons retenu le billet de Justine Dupenloup dont la tonalité littéraire met en abîme l’autodérision de l’anthropologue anglais Nigel Barley et la superficialité enjouée d’un “influenceur. (◊L’équipe enseignante)

Outre le fait de pouvoir se lover dans son pyjama moelleux, une tasse de chocolat à la main tout en poursuivant avec impétuosité son enquête, l’ethnographie en ligne présente quelques intérêts qu’il convient d’aborder ici. Même si l’argument du pyjama pilou-pilou paraît difficilement irrésistible il s’agira d’expliquer — dans une optique un tantinet plus sérieuse — pourquoi la cyber-ethnographie peut être judicieuse. Par ailleurs, nous serions tentés de n’en brosser qu’un portrait avantageux mais notre conscience scientifique — et notre solidarité estudiantine — nous ont convaincu d’aborder les aspects plus contrariants de la méthode, dans le cas où d’autres seraient tentés par l’expérience. Pour mesurer la valeur de l’ethnographie virtuelle nous nous arrêterons sur l’observation et la participation (notre entretien fut un fiasco qui mériterait un article à lui seul) avec l’exemple de notre propre enquête La question du vieillissement sur un réseau social dédié à l’image : Instagram

Piqûre de rappel : la méthode ethnographique classique en 270 mots

 Il convient d’abord de rappeler les grands principes de la méthode ethnographique classique afin de comprendre en quoi consiste l’ethnographie digitale. La définition avancée par Louis M. Smith met en lumière six traits caractéristiques qui sont «  le séjour prolongé dans la communauté étudiée permettant de recueillir des informations grâce à l’observation participante ; la focalisation sur les activités quotidiennes ; l’intérêt porté au sens que les acteurs attribuent à leur action ; la production de comptes-rendus donnant la priorité à la contextualisation et à la cohérence interne des phénomènes observés ; la tendance à concevoir le cadre interprétatif comme une construction progressive plutôt que comme la mise à l’épreuve d’un ensemble d’hypothèses définies à l’avance ; des modalités de présentation des interprétations mariant volontairement narration, description et conceptualisation théorique » (A. Van Zanten, 2013). Pour les plus néophytes d’entre nous, nous retiendrons de cette définition que l’ethnographie implique avant toute chose un voyage dans un autre milieu. L’ethnographe doit participer activement aux activités du terrain et incorporer sa présence à celle des individus qu’il observe – un peu comme mémé avec les œufs en neige quand elle prépare sa mousse au chocolat -. L’enquêteur doit alors se plier conjointement à l’analyse du terrain et au processus d’intégration. Rajoutons toutefois – dans le souci de ne pas paraître aussi superficiels que la couverture des magazines féminins- que l’objet de la méthode ethnographique est l’observation descriptive et analytique des mœurs et coutumes de populations sur un terrain déterminé. 

La cyber-ethnographie : un moyen de pallier à l’obsolescence de la méthode ethnographique classique ?

Si l’ethnographie s’est longtemps reposée sur une tradition méthodologique stable et solide qui exigeait que la présence de l’ethnographe soit tout aussi physique que le terrain sur lequel il mène son observation, désormais cela ne suffit plus. Internet est devenu une partie intégrante du quotidien des individus et aujourd’hui les acteurs circulent sous d’autres formes déclinées comme les smartphones, les ordinateurs et toutes autres nouvelles technologies permettant d’embarquer à destination du monde du web. Comme le dit si bien Franck Cochoy dans son article Le Petit Poucet digital ethnographié (2019), « les nouveaux voyages ne sont pas seulement visuels ».  

“[…]toutes autres technologies permettant d’embarquer pour le monde du web” : le train virtuel en partance pour Instagram. (Illustration Justine Dupenloup © 2020)

Aussi, puisque faire de l’ethnographie signifie coller au terrain et observer ce que les gens font, si les collectifs humains et les pratiques changent et que de nouveaux lieux sont investis l’ethnographe se doit d’adapter, de repositionner ses méthodes au risque de produire une analyse caduque ou de ne rien produire du tout.

Réellement – ou plutôt virtuellement- ça se passe comment ?

Le choix du terrain cybernétique se fait dans une réflexion similaire à celle du choix d’un terrain physique car dans les deux cas c’est lui qui donne toute sa dimension à l’analyse. Il doit être perspicace au regard du thème de l’étude et peut s’imposer comme une évidence, mais pas toujours. Par exemple pour notre étude portant sur le sujet du vieillissement sur les réseaux sociaux nous avons choisi d’investir le terrain d’Instagram. Bien que l’âge moyen de ses internautes soit compris entre 18 et 35 ans – donc à des décennies de la soixantaine- il est un réseau intéressant car l’image y est centrale et l’on sait que le rapport à celle-ci peut être conflictuelle à mesure que l’âge avance (C. Fantini-Hauwel, M. Gély-Nargeot, S.Raffard, 2014). Si l’on pousse davantage la réflexion, on s’aperçoit que l’image du vieillissement est non seulement intéressante dans l’observation des personnes vieillissantes mais aussi à travers les représentations collectives qui surplombent l’ensemble de la communauté virtuelle. 

Cela dit, on va se l’avouer franchement, avoir le luxe de choisir son terrain sous-entend de l’avoir déjà trouvé. Ce que nous avons retenu au regard de notre enquête c’est qu’il ne faut pas sous-estimer la taille du monde virtuel – rassurez-vous nous n’avons pas retenu que ça-. Il est vrai que le fait qu’il soit intangible le rend difficilement représentable et il est facile de s’y perdre – souvenez-vous de vos sorties de course d’orientation en classe de 6ème D – mais heureusement il existe des astuces pour se repérer. L’emploi de hashtags – mots-clés, dans un vocable moins pimpant- dans la barre de recherche peut faire office de boussole. Ensuite, à vous de trier avec pertinence le contenu que le serveur vous aura gentiment amené sur un plateau d’argent – remarquez la finesse du jeu de mot-. Pour notre part nous avons choisi d’observer le profil d’une internaute d’une septantaine d’année dont le profil était en accès public.

Une fois la découverte et le choix du terrain faits, il reste à l’ethnographe de s’y intégrer.  Soulignons d’abord que nous n’avons pas eu besoin de faire appel à un réseau de connaissances, d’experts, ou de professionnels des réseaux sociaux pour trouver et approcher notre terrain d’observation. Une demi-journée a suffi et nous avons rapidement pu nous en rapprocher et commencer notre intégration. Ce travail aurait peut-être pris plus de temps dans la « vraie vie ».

C’est alors que doit se poser la question de l’identité de l’ethnographe : faut-il créer un profil Instagram exprès pour l’enquête ou utiliser notre profil personnel si l’on en possède déjà un ? Doit-on créer un personnage neutre ou dévoiler notre réelle identité ?  Tout dépend de ce que l’on souhaite faire ensuite et à l’image d’une enquête ethnographique classique, l’ethnographe doit sans cesse être dans le souci de choisir la méthode la plus appropriée à son enquête. De notre côté nous avons préféré utiliser notre profil personnel pour nous présenter sur le terrain et inspirer un sentiment de confiance. En effet, après étude, notre profil personnel Instagram n’entrait pas en contradiction avec la démarche de l’enquête. Nous nous sommes donc abonnés au profil que nous souhaitions observer.

“Doit-on créer un profil exprès pour l’enquête ? […]” (Illustration Justine Dupenloup©2020)

Quid de la participation dans l’ethnographie en ligne ?

L’observation participante est peut-être ce qui est le plus sujet aux controverses concernant l’ethnographie en ligne. Les méthodes sont hétérogènes mais la littérature identifie deux types d’approche (V. Berry, 2012). La première se place dans la continuité de la tradition ethnographique classique. C’est-à-dire qu’il s’agit d’être sensible aux relations entre les utilisateurs, d’étudier les rites et les croyances selon le principe qu’Internet est un ensemble de microcosmes sociaux ; des répliques en miniature des sociétés qu’il est question d’observer. Cela implique que l’ethnographe apprenne les codes, les rites et les routines indigènes. La seconde s’en détache en s’intéressant uniquement à ce qui apparaît sur l’écran et ce qui est produit en ligne. C’est donc un travail autour de la persona que projette dans le cyberespace celui qui écrit derrière son écran. L’inconvénient de la première méthode est qu’il peut y avoir un réel décalage entre la personnalité virtuelle et la personnalité physique des internautes même si les deux mondes restent liés par le fait que ces derniers existent derrière leurs écrans. Est-il alors pertinent de se baser sur l’une pour interpréter l’autre ? La seconde peut aussi compromettre l’objectivité de l’analyse en omettant les liens tissés avec le monde « réel ». Il paraît risqué de prétendre mener une interprétation juste de la réalité à travers l’unique analyse des traces numériques. C’est pourquoi nous avons préféré compléter notre observation par un entretien.

D’autre part, ce qui suscite le doute sur le bienfondé de la méthode virtuelle est que l’ethnographe ne peut avoir qu’une vision partielle des échanges entre utilisateurs dans le sens où l’espace-temps cybernétique permet la maîtrise et la préméditation constante de ces derniers. En effet, même si Instagram est le réseau social qui prône le plus l’instantanéité des interactions – oui, à l’origine « Instant telegram » en anglais- il n’oblige pas forcément la spontanéité. Les échanges perdent donc de leur chaleur et il est possible que l’ethnographe se retrouve dans un climat d’observation plutôt tiède – à l’image de votre tasse de chocolat qui a eu le temps de refroidir depuis le début de ce billet web-. Aussi, pour rester sur l’exemple de notre enquête, nous nous sommes focalisés sur l’analyse du contenu des publications (photos et vidéos), des commentaires et du nombre de « Likes ». 

Il y a ici encore de quoi alimenter le débat sur les limites du terrain digital. Bien que nous trouvions les petits bonhommes jaunes très expressifs -les émoticons-, la gestuelle, la tonalité de la voix, le regard et la plupart de ce qui relève de l’implicite nous ont manqué. On aime que tous nos sens soient sollicités ; entendre, toucher et goûter parfois même, sont une richesse de l’enquête de terrain et apportent des informations qu’il est difficile d’obtenir par la seule vision – rien ne vous empêche de lécher votre écran de smartphone ou d’ordinateur mais il est peu probable que cela soit pertinent au regard d’une enquête cybernétique. 

Une autre conception des émotions prend forme. Les gestes se convertissent en signaux numériques. (Illustration Justine Dupenloup©2020).

Blague à part, cela nous amène donc à questionner la participation du cyber-ethnographe. Que doit-il faire : laisser des commentaires ? Dialoguer par messages privés ? Simplement « Liker » les publications ? Si sur le terrain physique la seule présence de l’enquêteur suffit à manifester une certaine forme de participation engageante, sur le terrain cybernétique la moindre action l’engage franchement. En ce qui nous concerne nous n’avons que « Liké » des publications, de façon à signaler notre présence dans le but d’établir un premier contact avec l’internaute et dans l’espoir final d’obtenir un entretien. Alors est-ce que décider de ne pas beaucoup participer aux activités empêche le cyber-ethnographe de saisir la dimension du terrain virtuel ? On peut aussi retrouver cette problématique au sein d’une ethnographie physique mais il faut retenir que sur le plan cognitif l’observation est toujours directe car elle implique une perception sensorielle et intellectuelle du milieu. Toutefois ce qui nous pousse à acquiescer à cette question dans le cas de la cyber-ethnographie est la prédominance de la vision au détriment des autres sens de l’observateur. Comme évoqué précédemment, l’implication cognitive n’est que partielle. L’ethnographie en ligne est donc une méthode récente qui doit se perfectionner dans ses techniques de participation et d’analyse. Toutefois gardons en tête que la méthode ethnographique doit évoluer et s’ajuster selon le terrain étudié, qu’il soit digital ou physique, et la population observée, avatars ou individus. Internet, bien qu’il ne soit tangible, constitue un nouvel espace d’interactions sociales qu’il convient d’utiliser et d’analyser pour enrichir notre connaissance du monde social. Il ne suffit donc pas d’enfiler son pyjama pour devenir un cyber-ethnographe émérite mais il est nécessaire de mener une réelle réflexion pour construire la méthode ethnographique la plus en adéquation avec l’enquête.

Rassurez-vous, le pyjama n’est pas une condition sine qua non à la cyber-ethnographie. Un jean et un t-shirt peuvent convenir (Illustration Justine Dupenloup©2020)

Bibliographie

  • Berry, V. (2012). Ethnographie sur Internet : rendre compte du « virtuel ». Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 45(4), 35-58. doi:10.3917/lsdle.454.0035.
  • Cochoy, F. (2019). Le Petit Poucet digital ethnographié: Le lecteur de magazine, les traces de QR codes, et le gentil Ogre. Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 13, 2(2), 527-557. doi:10.3917/rac.043.0527.
  • Fantini-Hauwel, C., Gély-Nargeot, M. & Raffard, S. (2014). Chapitre 1. Approches psychologiques du vieillissement. Dans : , C. Fantini-Hauwel, M. Gély-Nargeot & S. Raffard (Dir), Psychologie et psychopathologie de la personne vieillissante (pp. 1-36). Paris: Dunod.
  • Van Zanten, « Ethnographie », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 33-34.

Les missions du croupier : entre divertissement et prévention (extraits)

Par Emma Legrand — mai 2020

La disposition d’une table de jeu comme dispositif distribuant des rôles sociaux dans le jeu
(Photo Emma Legrand, 2020)

L’enquête menée par les étudiants de licence sur le casino de Ouistreham a principalement abordé des questions qui s’imposaient a priori et en particulier la rationalité du jeu et les dérives addictives. Mais au détour des entretiens, on découvre autour du casino des principes d’ordonnancement du social, de séparation de l’ordinaire du divertissement et de construction des classes d’âge. Les entretiens avec des clients ont aussi mis en avant — bien que le sujet reste encore à creuser — l’expérience du casino comme rite d’initiation, ces clients ayant tous marqué leurs 18e anniversaire par leur première visite au casino. Certaines de ces problématiques émergent dans les extraits de la note de recherche d’Emma Legrand, ci-dessous. (◊L’équipe enseignante)

Le métier de croupier, c’est un métier avec des horaires de nuit. Il consiste à distribuer les cartes et à veiller au bon déroulement des parties sur les tables de jeu qui ne sont ouvertes que le soir, alors que les machines à sous — beaucoup plus rentables et fréquentées — le sont dès 9h30 le matin.

Au fil de l’entretien avec un étudiant qui travaille régulièrement comme croupier se dessine une notion essentielle mais que nous n’avions pas pressentie : le casino c’est du spectacle. Le casino est un lieu où on joue de l’argent mais aussi un lieu de divertissement. L’activité ludique, en plus de pouvoir être lucrative, s’étend aux interactions sociales et ainsi aux pratiques concrètes de notre liberté et de nos libertés. Certains joueurs peuvent définir le jeu comme une action libre, perçue comme “fictive” et située en dehors de la vie courante. Jouer le jeu ou jouer dans le jeu est aussi une manière de participer à l’interaction, à l’échange, à la communauté de partage. La notion de spectacle est aussi importante dans la prestation du casino : musique de fond en continu, bruitages de monnaie, des lumières partout, décoration évoquant un “certain standing” social ou des clichés cinématographiques. L’accoutrement, la gestuelle et l’attitude du personnel contribue activement à la création de ce spectacle qui se déroule autour des joueurs et les implique plus ou moins directement et à différents degrés. Le croupier, dans son rôle, doit divertir au maximum la clientèle.

(…)

Le dispositif du “jeu responsable”, introduit par la législation dans les années 1990, vient tenter de rendre visible et d’attribuer les responsabilités aux différentes parties-prenantes des jeux d’argent : celles du gouvernement, des casinos et des clients. Le jeu responsable peut être défini comme “un ensemble de politiques et de mesures destinées à prévenir le développement d’habitudes de jeu excessives” (Ladouceur, 2008, p. 440). Le croupier est engagé dans ces actions de prévention et communique avec le client à ce propos. Il intègre un dispositif défini en trois niveaux : la prévention primaire par des brochures et affiches sur les dangers possibles ; la prévention secondaire qui identifie et intervient précocement sur les dérives (programmes d’exclusion, de jeu responsable, etc.); la prévention tertiaire qui se focalise sur le traitement des addictions avec un numéro vert et des groupes de parole. Le discours du croupier montre le positionnement nuancé du personnel du casino sur ce sujet qui pourrait sembler paradoxal : il ne s’agit pas tant de pousser au jeu, que de fidéliser la clientèle.

Bibliographie

  • Lageira Jacinto, « L’agir du jeu »,  Revue du MAUSS, 2015/1 (n° 45), p. 155-167. DOI: 10.3917/rdm.045.0155. URL : https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2015-1-page-155.htm 
  • Järvinen-Tassopoulos Johanna, « Les jeux d’argent : un nouvel enjeu social ? », Pensée plurielle, 2010/1 (n° 23), p. 65-76. DOI : 10.3917/pp.023.0065. URL : https://www.cairn.info/revue-pensee- plurielle-2010-1-page-65.htm 

L’entretien ethnographique téléphonique

Une alternative méthodologique délicate quand on ne peut plus avoir accès à son terrain

par Anthony Hamel (Mai 2020)

Reconstitution d’un entretien ethnographique en période de confinement (Photo Hamel Anthony, 24/04/20)

16 mars 2020. Le confinement est déclaré pour lutter contre le coronavirus. Nous ne pouvons dès lors plus retourner sur notre terrain de Ouistreham. Pour réaliser nos deux derniers entretiens, l’usage des communications à distance s’est imposé et en particulier, le téléphone.

En sociologie, l’entretien téléphonique est surtout utilisé dans des enquêtes quantitatives. C’est pourquoi dans La méthode en sociologie, J-C Combessie ne parle de ce mode de passation que pour répondre à des questionnaires et non pour des enquêtes semi ou non-directives[1].

Ce sont en fait surtout les psychologues qui utilisent cette technique à des visées préventives, afin d’accompagner anonymement des personnes qui souhaiteraient a minima un renseignement, au plus parler à quelqu’un de ses peines. D’après ces psychologues, l’utilisation du téléphone peut être plus rassurant pour se confier :

« Plus on est fragile psychiquement, moins on supporte le regard de l’interlocuteur. Il est alors moins intimidant de parler au téléphone, et certains adolescents entrent en communication plus facilement »[2].

Sans parler de fragilité psychique, on peut effectivement considérer que sans voir le visage de l’autre, la peur de se faire juger est moindre.

Si l’entretien sociologique est différent de ce genre d’appel, car c’est le chercheur qui en est à l’origine et qu’il n’a pas une visée thérapeutique, le sociologue comme le psychologue doit pouvoir se montrer compréhensif tandis que l’écouté doit pouvoir être à son aise pour se dévoiler. L’avantage du téléphone pour une aide psychologique doit donc l’être aussi pour le sociologue. L’usage du téléphone permettrait de créer un cadre proche de celui du confessionnal, quand le fidèle ne voit pas le visage du prêtre.

Mais l’entretien par téléphone pose une multitude de problèmes qu’il convient de résoudre pour se montrer efficace et il ne pourra jamais égaler la richesse des données recueillies par un entretien en face à face.

Des difficultés à surmonter

Le premier problème est d’ordre technique : la qualité du son. Lors de mon entretien, il n’était pas de bonne qualité et je peinais souvent à comprendre certains mots, des sons stridents intervenaient régulièrement et parfois, j’entendais ma propre voix en écho. J’étais au départ plus focalisé sur l’écoutabilité de l’enregistrement que sur l’entretien lui-même. Même si au début, j’ai demandé à mon interlocuteur de parler assez fort et distinctement, dès lors qu’il se mettait à parler plus librement et donc en faisant moins attention à son élocution, je n’osais plus l’interrompre. Sans parler du fait que l’appel téléphonique a coupé une fois, ce qui nous fait facilement perdre le fil de la conversation.

Puisque le seul lien qu’on a avec l’autre est oral, l’entretien téléphonique nécessite de toujours manifester sa présence. Le silence est alors un moment difficile, on prend le risque de laisser l’enquêté penser qu’on ne l’écoute plus, alors qu’on peut simplement être entrain de prendre des notes.

Cette peur du silence peut pousser l’enquêteur à se rattacher encore plus à sa grille d’entretien, rassurante, et à enchaîner les questions plus rapidement qu’à l’accoutumée. Déjà que l’enquêté peut croire qu’un entretien téléphonique est synonyme de réponses à un questionnaire, l’enchaînement de questions ne fera qu’amplifier les réponses courtes. Mais le fait que l’enquêté ne voit pas la grille d’entretien est au contraire une opportunité pour éviter cet effet aussi présent en face à face : j’aurais pu en effet mettre l’accent sur l’importance de la conversation, sans lui préciser que j’avais des questions devant les yeux. De plus, même si je lui ai précisé au départ que l’entretien durerait environ une heure, j’aurais pu, pour l’inciter à ne pas s’imaginer répondre à de brèves questions, lui demander s’il était confortablement installé et lui dire au départ de prendre son temps – cela m’aurait d’ailleurs éviter de me l’imaginer, je ne sais pourquoi, debout.

Les insuffisances de l’entretien téléphonique

Une conversation, ce n’est pas simplement des phrases échangées. Tout le corps y est sollicité :

« l’enquêteur, aux aguets, est comme à l’affût […] de la moindre information ”sociologique” — de type verbal, mais aussi non verbal, comme les nombreux silences, hésitations, soupirs, et diverses formes de mimique qui suppléent ou accompagnent les propos de l’enquêté… »[3]

Si les « silences, hésitations, soupirs » demeurent et qu’il est possible d’entendre un sourire, le sociologue est privé des mimiques, des postures et des attitudes de l’enquêté, qui sont autant d’éléments qui objectivent sa position sociale et qui accompagnent son discours.

Mais plus encore que de limiter les moyens de communication de l’enquêté, le téléphone handicape aussi le sociologue :

« L’intervieweur ne cesse donc pas d’être «actif» (et acteur), ne serait-ce que par son comportement non verbal de face à face : par des mimiques d’approbation, d’étonnement, de compassion, d’effarement. Bref l’enquêteur dispose d’une palette de moyens verbaux et non verbaux pour gérer la distance et la proximité avec l’enquêté. »[4]

Au téléphone, la palette se réduit énormément, les signes d’acquiescement étant seulement oraux. Pas de hochements de tête ou de regards approbateurs pour se sentir concerner. Toutes les émotions se jouent au timbre de la voix.

Enfin, un entretien ethnographique ne peut se limiter à une conversation. Il se fait toujours à un endroit, souvent le domicile ou lieu de travail de l’enquêté, donc un lieu qui fait du sens pour ce dernier :

« L’expérience de l’enquête prouve qu’un entretien approfondi ne prend sens véritablement que dans un «contexte», en fonction du lieu et du moment de l’entretien. La situation d’entretien est, à elle seule, une scène d’observation… »[5]

La particularité du téléphone est que l’on n’a pas accès au lieu où se trouve l’enquêté. On ne peut donc pas observer son environnement qui donne pourtant aussi de précieux renseignements sur la place sociale de l’individu et qui permet de le contextualiser au mieux. J’aurais pu tenter de combler ce trou en lui demandant où il se trouvait et s’il pouvait me décrire sa pièce, mais il s’agirait dès lors d’un discours, limité à ce qui lui paraît signifiant, ce qui ne remplace donc pas le regard du sociologue.

Finalement, l’entretien par téléphone s’avère perturbant plus pour l’enquêteur que pour l’enquêté. Mais même s’il m’a laissé après-coup un sentiment désagréable,  cet exercice en période de confinement fut tout de même un bon apprentissage sociologique : il m’a montré par l’absence ce qui est important de prendre en compte dans un entretien en face à face et ce qu’il faut faire lors d’un entretien téléphonique – et plus généralement dans tout entretien.


Notes

[1] Combessie, Jean-Claude, La méthode en sociologie, Paris, La Découverte, 2007, p.35.

[2] Comblez Samuel, « Psychologue sur une ligne d’écoute, une rencontre « décorporéisée » », in Le Journal des psychologues, n°267, 2009, p.41.

[3] Beaud, Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’« entretien ethnographique » », in Politix, n°35, vol. 9, 1996, p.245.

[4] Ibid, p. 244.

[5] Ibid, p. 236.

Les sauveteurs et la mer : une relation en déclin ?

Par Clément SOREL (mai 2020)

Membre de la SNSM face à la mer (dessin par Clément Sorel, avril 2020)

Être marin face à la mer

Pour l’océanographe, la mer est une vaste étendue d’eau salée contenant de multiples écosystèmes. Pour le marin, la mer est un espace de transit et de travail. Lors de longues sorties en mer, c’est aussi un espace de vie, et un espace avec lequel on vit[1]. Si bien que la mer devient une entité, qui parfois permet le travail, et parfois provoque la mort. Aussi, face à la mer, les marins adoptent des représentations et des attitudes particulières. Une introduction à cette vision de la mer peut s’effectuer à travers des chants traditionnels normands : « Mais quaund o se fâche, la vilanne »[2], ou « Qué la mé guett’ qué la mé happe, / Sauns brin prév’nin, coume en s’en riaunt… »[3]. Là, la mer est personnifiée, elle est une prédatrice mesquine, parfois repue mais toujours prête à mettre en danger les humains qui y naviguent. Perçue comme la nature sauvage, elle est considérée indomptable et imprévisible. Un enquêté, membre du poste de Ouistreham, dit à ce propos : « tu peux faire tout ce que tu veux, la mer si elle a envie de te baiser, elle te baisera » (l.479). Aussi la mer, même pour les marins expérimentés, ne laisse connaître aucune habitude, elle reste un danger de tout instant. Sa volonté échappe à tout entendement. Elle fait figure d’un tout indépassable imposant sa volonté aux humains. Ainsi, anthropologiquement, la mer est ce qui ne pourra jamais être cultivé, contrairement à la terre. Les marins s’équipent d’ailleurs de figures marines pour affronter la mer, comme en attestent des éléments de la vedette de Ouistreham. Assez évidemment, cet imaginaire de la mer se retrouve chez les sauveteurs en mer, dont la spécificité est, au demeurant, de tenter de pallier cette domination marine quasi-divine.

Les sauveteurs en mer, s’ils ont pour mission de sauver corps et biens, se doivent aussi de faire avec la mer afin de parvenir à leurs fins. En quelque sorte, sauveteurs en mer et mer sont deux camps opposés, les uns tentant de ramener les égarés sur terre, l’autre tentant de les engloutir. Mais, si on pourrait penser qu’il s’agit là d’une confrontation, il est apparu après entretiens qu’il s’agit plutôt d’une composition. En effet, la mer reste surpuissante : tout affrontement est puéril. Le patron de la station déclare ainsi : « la mer […], tu essayes de composer avec » (l.481). Cette idée est aussi présente chez un bénévole du Centre de Formation et d’Intervention, qui affirme : « [la mer] peut être très gentille le matin et l’après-midi elle peut être mauvaise » (l. 853). La mer est alors une entité avec laquelle les sauveteurs sont en relation. Ils la connaissent et lui savent des humeurs. Mais, puisqu’ils se doivent d’intervenir malgré tout intervenir, ils font preuve d’une certaine humilité envers la mer, au-delà des techniques de sécurité, comme s’il s’agissait de respecter un être supérieur afin d’agir sans provoquer son courroux. Toute ceci peut être compris au travers du concept de « résonance » de Rosa[4]. C’est-à-dire que les sauveteurs entament une relation particulière au monde, le touche et en sont touchés en retour. Ici, bien que la mer puisse être indépassable et que l’on puisse parler de « résonance verticale », l’action spécifique des sauveteurs et leur composition avec la mer permet d’envisager une forme de « résonance diagonale », à savoir un travail sur la mer brisant la transcendance de cette entité.

Un portrait de la vierge directement installé sur le récepteur ASN (Appel Sélectif Numérique), dans la cabine du canot-tout-temps Sainte Anne des Flots (Photo C. Sorel, février 2020)

La fin d’un imaginaire marin à la SNSM ?

Ce rapport à la mer que nous avons étudié fait partie de l’apprentissage nécessaire pour intégrer la SNSM. Non pas qu’il faille se la présenter exactement comme une entité prédatrice, mais il faut tout du moins reconnaître l’incapacité à maîtriser la mer, si on veut être sauveteurs en mer ou sur les plages. Une jeune formatrice, Justine, dit ainsi : « en fait, faut pas se croire surpuissant face à la mer » (l.462). Aussi bien chez les plus âgés que chez les jeunes, nous avons relevé ce rapport à la mer. Cependant, il n’est pas tout-à-fait homogène. Nicolas, étudiant qui a officié sur les plages, dit plutôt : « [la SNSM] m’a permis de, comment, de l’apprivoiser un petit peu » (l. 466), signifiant là qu’il considère la mer comme quelque chose qui reste relativement domptable. Justine précise que, pour certains, ne pas se représenter la mer comme entité dangereuse n’est toutefois pas sans conséquences : « tu t’en prends souvent une pendant la formation, enfin une par la mer, tu redescends vite sur terre » (l.473). Cette hétérogénéité des représentations et des rapports à la mer existe pour deux raisons. D’abord, l’expérience de la mer. Toutes les personnes interrogées ne sont pas des sauveteurs en mer embarqués. Certaines n’ont jamais mis pied dans la vedette ni n’ont officié plus loin que la bande réglementaire des 300 mètres. Ensuite, la culture marine fait partie d’un habitus marin, c’est-à-dire un répertoire de représentations et de pratiques construites et situées socialement. Aussi, pleinement considérer la mer comme une entité autonome est affaire de socialisation, c’est-à-dire de la construction d’un habitus marin, et donc d’héritage culturel. Cet habitus connaît alors les déterminations sociales classiques, notamment par le métier des parents et la culture marine que les sauveteurs eux-mêmes développée par leurs expériences. Or, comme la SNSM n’a pas de recrutement exclusif quant à la proximité géographique et culturelle avec la mer ou les marins, des personnes étrangères à cette culture peuvent l’intégrer. Se pose alors, pour les plus vieux et de leurs propres aveux, la question de la transmission de cette représentation très particulière de la mer.

La socialisation à la mer est bien présente lors de la formation nécessaire pour intégrer la SNSM. Cependant, il n’y a là qu’une initiation technique. Car pour palier à la méconnaissance de la mer, la SNSM ne propose comme formation théorique qu’une approche par les sciences naturelles : « on voit quand même un petit peu qu’est-ce que c’est qu’une marée, qu’est-ce que c’est que ce genre de chose le vent les vagues » dit Justine (l.416). Il n’y a ni apprentissage culturel ni rite qui permettent d’intégrer la figure de la mer comme entité fluctuante avec qui il faut composer. Il n’y a pas non plus d’initiation à un univers maritime (chants, ou récits). L’apprentissage des sauveteurs en mer perd en imaginaire traditionnel pour privilégier une approche « naturaliste »[5] et techno-scientifique de la mer. D’ailleurs, la pièce principale du CFI est dépourvue de tout décor de la culture maritime : il ne contient que des éléments techniques d’apprentissage. À l’inverse, la vedette d’intervention en mer est plus décorée, notamment par des figures religieuses et des rappels aux différentes marines. De plus, la SNSM est séparée en deux groupes distincts. D’un côté les secouristes de l’été, en renouvellement constant, et de l’autre les embarqués à l’année. Ce n’est que dans ce dernier groupe, minoritaire numériquement mais plus proche de la mer socialement, que la relation à la mer reste importante, que la « résonance » se maintient.

Sur la stèle du monument aux péris en mer, face au quai où stationne elle canot-tous-temps. (Photo T.Tribehou Naidu, mars 2020)

Notes

[1] Amand, Rudy. Socio-anthropologie des marins-pêcheurs, Paris : L’Harmattan, 2011.

[2] « Mais quand elle se fâche, la vilaine », Su la mé [Sur la mer].

[3] « Que la mer guette, que la mer happe, / Sans même prévenir, comme en s’en amusant », Men frère [Mon frère].

[4] Rosa, Hartmut. Résonance. Une sociologie de la relation au monde, Paris : La Découverte, 2018.

[5] Descola, Philippe. Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

Ressources documentaires

Les ressources proposées dans les liens ci-dessous sont réservées aux étudiants impliqués dans l’enquête ethnographique, pour des fins collaboratives et d’archivage.

L’accès est restreint aux participants et se fait par le biais du mot de passe transmis en cours

1. Synthèses documentaires

Un travail préparatoire à l’ethnographie a été effectué par les étudiants CEMU (étudiants Unicaen à distance), par groupe thématique. Il est impératif de les consulter en détail avant de se rendre sur le terrain.

http://littographie.hypotheses.org/syntheses-documentaires

2. Photos, cartes, statistiques…

Pour reccueillir une sélection d’images utiles et significatives (prochainement)

3. Entretiens

Pour la mise en commun des entretiens ethnographiques (prochainement)