La culture chez les personnes âgées de Ouistreham. L’approche du terrain et des enquêtés

Par Lucas DARRICAU (groupe « Associations culturelles et vieillissement ») – mai 2020

Club de boules et de loisirs de Ouistreham. Crédits : Lucas Darricau

La ville de Ouistreham était très peu connue des cinq enquêteurs du groupe dont aucun n’est originaire du Calvados. Certains y étaient déjà allés pour sa plage ou pour visiter le centre-ville pendant leurs années d’études à Caen, mais l’offre culturelle de Ouistreham n’était familière à aucun d’entre nous.

Notre thématique de recherche étant au départ les représentations de la culture chez les personnes âgées à Ouistreham, nos seules connaissances de la ville par rapport à ce sujet d’enquête étaient la présence d’un cinéma et la réputation de celle-ci à accueillir des personnes âgées aisées pour leur retraite.

Des recherches en amont de notre première journée de terrain se sont donc imposées.

Une première consultation du site de la ville (http://ouistreham-rivabella.fr) nous renseigne sur l’agenda culturel proposé et sur les différentes structures misent à disposition par la ville pour promouvoir la culture. À partir de celui-ci, nous avons pu accéder à la liste des associations de la ville (http://associations.ouistreham-rivabella.fr/associations) et sélectionner celles qui auraient un rapport avec notre sujet. Nous gardons la liste de celles-ci, comprenant des clubs de sport aux clubs de tricot et des associations d’arts plastiques à celles de théâtre, ainsi que leurs coordonnées afin de les contacter et potentiellement de les rencontrer. De plus, le site de la ville offre un lien vers la page Facebook du centre socio-culturel de Ouistreham, lieu où se déroulent certaines des activités culturelles comme les cours de musique ou l’animation de l’émission radio des arts par les adhérents.

C’est après avoir repéré où se situaient les lieux importants pour l’enquête que nous nous rendons à Ouistreham pour notre première journée de terrain.

Ayant lieu un mardi matin, et sachant que l’accueil du centre socio-culturel n’ouvrait que l’après-midi, nous nous dirigeons vers l’hôtel de ville afin de demander à rencontrer la personne en charge de la culture à la mairie. Nous profitons de notre arrivée sur les lieux pour repérer les programmes artistiques sur les affiches, les informations de la ville imprimées à l’entrée et les flyers proposant de nombreuses activités à découvrir en ville, sur la plage et aux alentours. La personne responsable de la culture n’étant pas disponible, nous sommes reçus par celle en charge du domaine sportif, qui prend quelques minutes pour répondre à nos questions et nous orienter vers la préfecture pour avoir des informations sur les associations ou le centre socio-culturel auquel nous avions déjà prévu d’aller.

Panneau d’affichage de la mairie de Ouistreham (Photo : Lucas Darricau, 2020)

En sortant de la mairie, nous revoyons notre programme de la matinée et décidons d’appeler les différentes associations dont nous avions noté les coordonnées. Après avoir laissé plusieurs messages sur les répondeurs et obtenu quelques réponses négatives de personnes ne pouvant nous recevoir un mardi, nous faisons face à un premier problème : bon nombre d’associations ne sont pas ouvertes pendant nos journées d’enquête le mardi.

Nous décidons alors d’avancer notre programme en nous rendant au centre socio-culturel pour observer sa structure, son organisation et les déplacements des personnes se trouvant sur place. Même si l’accueil n’est pas ouvert, nous pensons y retourner l’après-midi si besoin.

Arrivés au centre, nous recevons un appel d’un salarié d’une association d’initiation aux arts du spectacle à qui nous avions laissé un message. Celui-ci se trouve également au centre socio-culturel ce qui nous permet de nous rencontrer et de lui poser des questions sur son association et sur l’offre culturelle de Ouistreham. Il en profite pour nous présenter deux professeurs de musique exerçant au centre socio-culturel, qui nous parlent quelques minutes de leur rôle ici et nous laissent des coordonnées afin de les contacter si besoin pour un entretien.

La fin de journée a finalement été consacrée à la découverte des différentes structures du domaine de la culture présentes dans la ville. Nous avons notamment pu découvrir la galerie d’art située près de l’office du tourisme à la plage, dans laquelle nous avons pu discuter, à propos de la culture à Ouistreham, avec un artiste sculpteur venu présenter ses œuvres. N’étant pas à sa première exposition dans la ville, celui-ci a pu nous éclairer sur le type de public qui, de son point de vue, s’intéresse à l’art à Ouistreham selon les périodes de l’année.

À la suite de cette première journée sur le terrain, il a fallu cibler les personnes que nous désirions interroger pour notre enquête. Réaliser un entretien chacun nous permettrait de recueillir le récit de trois personnes âgées et de deux professionnels de la culture agissant à Ouistreham.

Le premier fût trouvé quelques jours plus tard lorsque le président d’une association de promotion des arts plastiques à qui nous avions laissé un message nous recontacte et accepte un rendez-vous pour un entretien enregistré. Celui-ci s’est effectué dans un galerie d’art de Ouistreham, dans laquelle se déroulait une exposition, une semaine avant notre deuxième journée d’enquête.

Après l’entretien, effectué par deux membres du groupe, l’interviewé nous propose de nous retrouver le matin de la semaine suivante pour assister à un atelier de l’association et, éventuellement, y rencontrer des personnes âgées consommatrices de l’offre culturelle de Ouistreham.


Activités de l’association culturelle « Artotem » de Ouistreham : atelier d’initiation à l’art postal à la galerie Delobel de Ouistreham / Visite du musée Malraux au Havre / Atelier théâtre et peinture au Dansoir de Ouistreham (Photos : Pascal Minart de l’association Artotem – avec autorisation de l’auteur).

Nous avons ici fait face à notre deuxième obstacle. Outre le fait que beaucoup d’associations étaient fermées le mardi, l’épidémie de Covid-19 a fait annuler les événements auxquels nous devions assister et ne facilite pas la rencontre avec des personnes âgées. Le président de l’association nous ayant prévenu la veille de cette annulation nous propose, à la place, de rencontrer la responsable du service famille du centre socio-culturel de Ouistreham, qui gère les relations avec certaines associations et organise le planning d’activités culturelles.

Ce second entretien se déroule donc avec deux enquêteurs, au centre socio-culturel, pendant que le reste du groupe part au foyer des anciens de Ouistreham pour y rencontrer des personnes âgées à interroger.

La prise de contact avec une personne âgée ayant été faite, nous devions retourner assister à l’animation radio du mercredi matin par le centre socio-culturel pour y rencontrer deux personnes âgées avec qui la responsable famille du centre nous mettait en contact.

La crise sanitaire annoncée ne nous à cependant pas permis de réaliser ces derniers entretiens.

L’approche de notre terrain s’est donc faite à tâtons, en découvrant celui-ci au fur et à mesure de l’enquête. Nous découvrions les lieux en suivant nos recherches documentaires et les conseils des personnes rencontrées.

Pour ce qui est des entretiens, c’est également par recommandations que nous avons pu obtenir la plupart d’entre eux. Ceux-ci nous permettant également de découvrir des lieux et de nouveaux contacts grâce à l’application et à l’aide apportée par certaines personnes.

Cette approche du terrain et des enquêtés a pu permettre à notre enquête et son sujet d’évoluer. Voulant, dans un premier temps, étudier les associations culturelles de Ouistreham, notre sujet s’est progressivement recentré sur l’influence de cette offre culturelle chez les personnes âgées de la ville.

Bibliographie

  • Beaud Stéphane, Weber Florence (2010), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La découverte.
  • Coulangeon Philippe (2016), Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La Découverte, Paris.
  • Jouët Josiane, Le Caroff Coralie (2013), « Chapitre 7 – L’observation ethnographique en ligne », dans Barats Christine (sous la dir. de) Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, Paris, Armand Colin, coll. « U », p. 147-165.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.