Mineurs non accompagnés. Les chemins de l’hospitalité, de Nieul à Ouistreham

Par Florence Guilbot (mai 2020)

Nieul  terminus, dernier arrêt avant les champs (Photo Florence Guilbot © 2020)

Dans le cadre de l’enquête collective ethnographique ayant pour thème Ouistreham, nous nous étions posé la question de l’accueil des migrants et plus particulièrement des mineurs non accompagnés(MNA) qui déambulaient dans les rues de la ville, en attendant un éventuel passage vers l’Angleterre. Nous nous proposions de faire un état des lieux de cet accueil par toutes les instances institutionnelles ou associatives qui étaient intervenues ou qui intervenaient encore sur le terrain. Il s’agissait d’observer par les différents récits de cette même histoire- l’accueil des mineurs non accompagnés- notre relation à l’autre comme altérité, notre relation à l’accueil ou plutôt dans la partie de l’enquête que j’ai menée auprès d’une association notre relation à l’hospitalité, l’accueil renvoyant plutôt aux registres bureaucratique et administratif (Gotman, 2001). L’hospitalité, elle, renvoyant «à ce qui permet à des individus, des familles de lieux différents de se faire société, se loger et se rendre des services mutuellement et réciproquement» (Gotman, 1997). La première partie de la recherche faite collectivement a été réalisée à distance avec les documents disponibles sur internet, ne pouvant me déplacer sur le terrain pour la seconde étape, j’ai réalisé un entretien avec Dalva, la présidente de l’association d’aide aux mineurs non accompagnés « Action MNA » basée à Nieul, la ville où j’habite. Cet entretien par le détour anthropologique m’a permis de changer de point de vue et d’éclairer une partie des mécanismes en jeu dans l’hospitalité… 

Le domaine de l’Evescault, où se trouve le bureau MNA. © Florence Guilbot, mai 2020         

La marge créatrice

Ce qui m’intéressait c’était de comprendre comment les limites de l’aide ou de la prise en charge institutionnelle des mineurs non accompagnés, des jeunes majeurs ou mijeurs ( Perrot, 2019), avec toute la violence que cela impliquait pour eux, permettaient l’émergence de volontés individuelles ou collectives qui allaient palier ce « manque » en offrant l’hospitalité. Voir comment cette limite, cet espace à combler, cette marge devenait génératrice de créativité.

L’enquête sur Ouistreham, où l’on comprenait que les jeunes étaient arrivés subitement et avaient bousculé la vie de la petite station balnéaire et où les bénévoles inventaient des solutions pour leur venir en aide, m’a assez vite fait penser à ce qui s’était passé à Nieul.

Les bureaux de l’Aide sociale à l’enfance et le service dédié aux MNA sont logés dans un petit domaine dont le château surplombe mon quartier. Le château  de l’Evescault est la dernière bâtisse avant les champs, c’est une des limites de la ville. Tout à coup, en 2016, des centaines de jeunes, africains pour la plupart, se mirent à monter et descendre les uns derrière les autres la route étroite qui mène au domaine et au bureau MNA. Ils y réglaient leurs problèmes administratifs, y prenaient des cours de français. Comme aucun bus ne desservait la zone, les jeunes devaient ensuite traverser la plaine à pied sur trois kilomètres, qu’il pleuve, vente ou neige, pour se rendre à l’hôtel Aladin où l’ASE les hébergeait.

Le récit de Dalva, la présidente de l’association« Action MNA », a montré que la première limite de l’aide institutionnelle avait été le manque de moyens du service MNA qui a demandé le concours des associations de la ville. Quatre-vingts bénévoles ont alors répondu favorablement et se sont organisés, formés sur le tas, à l’enseignement, à la santé et aux droits.

La deuxième limite de l’aide institutionnelle a été la reprise en main politique du service MNA par le conseil départemental avec pour effet un ralentissement puis un arrêt presque total de la prise en charge des mineurs non accompagnés.

Face à cette situation, les bénévoles dont Dalva, qui auparavant collaboraient avec l’ASE, ont créé l’association « Action MNA » et se sont rapidement spécialisés en droits des mineurs. L’association a pu alors occuper pleinement l’espace ignoré par les pouvoirs publics et ainsi s’opposer frontalement au conseil départemental en hébergeant les jeunes déboutés et en déposant systématiquement des recours devant le juge des enfants et ce avec l’aide d’un avocat.

La route entre l’ASE et l’hôtel Aladin au loin. (Photo : Florence Guilbot © mai 2020)

Les Chemins de l’hospitalité[1]

L’autre intention de la recherche était de comprendre quelles étaient les motivations des bénévoles qui étaient intervenus d’une manière ou d’une autre à Ouistreham et à Nieul, quels étaient les chemins qui mènent à l’hospitalité,  à ces « cas singuliers où se rencontrent le global et le local » (Gotman, 1997). Lors de l’enquête sur Ouistreham on comprenait bien, au travers des témoignages, que le premier mouvement semblait dû à l’émotion de voir de jeunes garçons livrés à eux-mêmes, dormant dans les fossés sans avoir mangé. Pourtant à Ouistreham comme ailleurs beaucoup de personnes avaient conscience de la présence de ces jeunes mais ils n’étaient qu’un petit nombre à agir pour leur venir en aide. Aussi je pensais qu’il fallait aller en amont de cette émotion et explorer avec les personnes qui s’étaient impliquées quelles étaient ces dispositions individuelles qui, dans leur histoire personnelle, leur permettaient de faire de l’espace pour l’autre, leur permettaient de faire preuve d’hospitalité.

Pour Dalva, c’est son origine italienne qui, dit-elle, la rapproche de tous les exilés, puis sa pratique, lorsqu’elle était enfant, du catholicisme. Elle cite la parole du Christ qui l’a beaucoup marquée: « Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers.» Elle fait ensuite référence à la banlieue où elle a vécu durant sa jeunesse et où tous ses voisins étaient étrangers, ainsi qu’à son engagement, jeune adulte, au parti communiste. Elle souligne qu’avant l’arrivée des mineurs isolés, elle voulait s’engager avec son mari pour rendre ce qui leur avait été donné tout au long de leur vie, replaçant ainsi toute son action de bénévole et de présidente de l’association, dans le domaine de la dette, et par conséquent dans le domaine du don et du contre don.

L’hôtel où les MNA étaient hébergés (Photo : Florence Guilbot © 2020)

Pour reprendre notre question de départ où nous interrogions notre relation (en tant que société) à l’accueil ou plutôt, dans la partie de l’enquête que j’ai menée, à l’hospitalité, il semble que face à la non prise en charge par l’Etat des jeunes mineurs, se déploie à Ouistreham, à Nieul, comme ailleurs,  « la capacité créatrice, novatrice, que Durkheim confère à l’ “effervescence” du social..»(Balandier, 1980).

Il ressort qu’ici l’espace que laisse l’institution qui se rétracte, cet espace à combler rejoint l’espace que l’individu est prêt à ouvrir à l’autre (Gotman.1997), et permet l’action collective « comme ensemble des pratiques coordonnées d’un groupe pour la défense de ses valeurs et de ses intérêts» (Ansart, 1999). Se pose alors une question plus générale, propre aux théories de l’action collective : « pourquoi se mobilise-t-on ? ». Il nous semble qu’ « Action MNA » en tant qu’ « action concertée qui implique une intention consciente ; qui existe dans un contexte temporel et spatial, qui est ordonnée en forme organisationnelle et présente des visées multiples au sein desquelles le droit joue un rôle fondamental » (Céfaï. 2007) et en tant que fait social, est « bon à penser » et mérite une attention plus soutenue. Nous aimerions pouvoir, pour dessiner l’histoire et la géographie de l’association, interviewer tous ses bénévoles afin de scruter, de comprendre les mécanismes à l’œuvre dans cette action collective qui, comme Daniel Céfaï le souligne: « est l’expression d’une nouvelle forme de participation démocratique et consiste en des batailles de droit pour le bien public et contre le mal public».

Bibliographie 

  • ANSART Pierre, 1999, « Action collective », in André AKOUN et Pierre ANSART (dir.), Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Robert/Seuil,  p. 8.
  • BALANDIER Georges, 1980, « Le Désordre. Éloge du mouvement », Paris, Fayard, 1980, cité par DELORME Pierre-Alexandre dans le cours de changement social 2
  • MAYOL Séverine, 2007, « Daniel Céfaï, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 novembre 2007, consulté le 22 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org.ezproxy.normandie-univ.fr/lectures/472
  • GOTMAN Anne, 2001, Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre. Presses Universitaires de France, « Le Lien social », 544 pages. ISBN : 9782130514961. DOI : 10.3917/puf.gotma.2001.01. URL : https://www.cairn.info/le-sens-de-l-hospitalite–9782130514961.htm
  • GOTMAN Anne, 1997, « La question de l’hospitalité aujourd’hui ». In: Communications, 65. L’hospitalité. pp. 5-19;doi : https://doi.org/10.3406/comm.1997.1983https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1997_num_65_1_1983 leur vie.
  • PERROT Adeline, 2019, « Une infantilisation inévitable ? La réversibilité de l’âge chez les jeunes exilés en France », Genèses, 1 (n° 114), p. 75-95. DOI : 10.3917/gen.114.0075. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2019-1-page-75.htm

Notes

[1] Gotman Anne, 2001.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.